mis à jour le

Un agent de santé décontamine une poignée de porte , Monrovia. © Kieran Kesner via Mashable
Un agent de santé décontamine une poignée de porte , Monrovia. © Kieran Kesner via Mashable

Ebola au Liberia: bienvenue en enfer

Kieran Kesner, un jeune photographe américain, s'est rendu à Monrovia. Il a ramené des images insoutenables de l'épidémie.

Ne vous attendez pas à voir des images de cadavres ou de personnes à l’agonie. Non, rien de vraiment macabre. Pourtant, les clichés que le jeune photographe new-yorkais Kieran Kesner a ramenées d’un récent voyage à Monrovia, la capitale du Liberia, font froid dans le dos. Elles en rajoutent à la psychose mondiale autour de l’épidémie parce qu’elles décrivent bien le piège dans lequel les populations sont prises.

«Au Liberia, aujourd’hui, c’est ce que vous ne voyez pas qui est mortel. Simplement toucher une poignée de porte infectée peut signer votre arrêt de mort», explique Kieran Kesner sur le site Mashable, où il publie son reportage.

Le photoreporter ajoute que, en réalité, la protection maximale n’existe pas. Vous ne pouvez pas savoir d’où viendra l’horreur ni à quel moment. Que dire par exemple, de ce chauffeur de taxi qui conduit une dame suspectée d’Ebola à l’hôpital, et qui se retrouve avec un équipement de protection des plus sommaires?

© Kieran Kesner via Mashable

L’idée d’aller photographier l’enfer d’Ebola au Liberia était une manière de permettre au monde entier de mieux prendre conscience de ce qui est en train de se produire là-bas.

«Je savais que c’était dangereux. Mais j’ai considéré que c’était de ma responsabilité d’aller témoigner de ce qui s’y passe. C’était plus fort que moi», confie encore Kieran Kesner.

Celui pour qui l’épidémie d’Ebola n’est encore qu’une chose abstraite lorsqu’il arrive au Liberia, l’été dernier, s’est tout d’abord rendu à West Point, le plus grand bidonville de Monrovia. Histoire de voir comment les gens y vivent, avec quelle facilité le virus peut se transmettre d’une personne à une autre, rien qu’à travers des gestes banals de la vie quotidienne.

Kieran Kesner a suivi les équipes de santé, emmitouflé dans sa combinaison protectrice. Mais, c’est seulement lorsqu’il est tombé sur «une malade gisant sur son vomi qu’Ebola est devenu réel [pour lui]».

Le Liberia est le pays le plus touché par l’épidémie d’Ebola, avec depuis le mois de mars, plus de 2.500 morts.

Raoul Mbog

Le reportage de Kieran Kesner est en ligne sur Mashable. Et vous pouvez suivre l'ensemble de son travail ici.

Raoul Mbog

Raoul Mbog est journaliste à Slate Afrique. Il s'intéresse principalement aux thématiques liées aux mutations sociales et culturelles et aux questions d'identité et de genre en Afrique.

 

 

Ses derniers articles: Les femmes de Boko Haram sont aussi dangereuses que les hommes  Le problème avec les gens qui veulent «sauver l'Afrique»  Bienvenue en enfer 

Ebola

AFP

Ebola en RDC : Kinshasa annonce la maîtrise de l'épidémie

Ebola en RDC : Kinshasa annonce la maîtrise de l'épidémie

AFP

Nouvelle avancée prometteuse contre Ebola

Nouvelle avancée prometteuse contre Ebola

Virus

Le retour d'Ebola au Congo est un test avant la prochaine grande épidémie

Le retour d'Ebola au Congo est un test avant la prochaine grande épidémie

épidémie d'Ebola

Stéréotypes

Le problème avec les gens qui veulent «sauver l'Afrique»

Le problème avec les gens qui veulent «sauver l'Afrique»

CAN 2015

Le Maroc a raison de demander un report de la CAN pour cause d'Ebola

Le Maroc a raison de demander un report de la CAN pour cause d'Ebola

provoc'

La blague de Koffi Olomidé sur Ebola qui a mal tourné

La blague de Koffi Olomidé sur Ebola qui a mal tourné

fièvre hémorragique

Ebola

Les invisibles de la lutte contre Ebola

Les invisibles de la lutte contre Ebola

Psychose

Ebola: personne n'est à l'abri nulle part

Ebola: personne n'est à l'abri nulle part

Prévention

Ce qui pose problème dans la lutte contre Ebola

Ce qui pose problème dans la lutte contre Ebola