mis à jour le

Zimbabwe: des étudiants se mobilisent contre l'interdiction de s'embrasser

Echanger un baiser publiquement à l'université du Zimbabwe, à Harare, expose désormais les contrevenants à une sanction disciplinaire: c'est contre ce nouveau réglement que le Syndicat des étudiants se mobilise depuis quelques jours.

Les étudiants "surpris dans une position intime comme l'échange d'un baiser ou ayant des relations sexuelles dans les lieux publics" seront punis, indique une circulaire affichée dans les halls des résidences universitaires.

Il est également interdit d'inviter des représentants du sexe opposé dans les chambres de la cité universitaire, et de "flâner dans les recoins obscurs hors de la salle de sport ou des salles de conférence".

"Nous sommes contre ces règles que nous considérons comme anarchiques, répressives et mauvaises", a déclaré à l'AFP le président du Syndicat national des étudiants (ZINASSU), Gilbert Mutubuki. "Nous appelons les étudiants à résister à ce règlement. Ces règles réduisent l'université à une école primaire. Nous devons rappeler aux autorités que cet établissement accueille des adultes mûrs".

"Nous pensons que ces mesures sont destinées à limiter la liberté d'association des étudiants", a-t-il ajouté. 

 

étudiants

AFP

Sénégal: les étudiants maintiennent la pression après la mort d'un des leurs

Sénégal: les étudiants maintiennent la pression après la mort d'un des leurs

AFP

Sénégal: le gouvernement espère une reprise dans les universités, maintien de la grève des étudiants

Sénégal: le gouvernement espère une reprise dans les universités, maintien de la grève des étudiants

AFP

Sénégal: nouveaux heurts entre étudiants et forces de l'ordre dans des universités

Sénégal: nouveaux heurts entre étudiants et forces de l'ordre dans des universités