mis à jour le

Ebola en Sierra Leone: pas de relève de troupes en Somalie, poursuite des opérations d'aide

La Sierra Leone a décidé de ne pas envoyer 850 militaires qui devaient relever un contingent de la force de l'Union africaine en Somalie en raison d'Ebola, a annoncé mardi l'armée tandis que les opérations de distribution de l'aide internationale se poursuivaient à Freetown.

Les hommes du bataillon "Leo II" devaient être envoyés  en juillet pour remplacer le premier contingent sierra-léonais "Leo I" au sein de la force de l'Union africaine (Amisom), mais leur départ en Somalie a été suspendu sine die en raison de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, qui affecte sévèrement la Sierra Leone, le Liberia et la Guinée, a expliqué à l'AFP le chef du bataillon, le lieutenant-colonel Mamud Bangura.

Dans l'attente de ce départ, les hommes stationnaient au même endroit depuis juin, "sans contact extérieur, pour prévenir toute contamination au sein de l'unité. (...) Le pays hôte (la Somalie) a décidé que le contingent ne sera pas déployé tant que le problème d'Ebola ne sera pas résolu dans notre région", a affirmé M. Bangura.

Pour l'heure, la Sierra Leone a décidé "de renvoyer (les 850 hommes) vers leurs différentes unités à la fin du mois d'octobre", a-t-il déclaré.

"Dans tous les cas, fin octobre, nous allons tourner nos efforts des opérations extérieures vers une opération interne baptisée +Octopus+, en appui à la lutte contre le virus Ebola", a-t-il dit, sans plus de détails.

La Sierra Leone, en état d'urgence sanitaire depuis le 1er août, a mobilisé près de 2.000 militaires et policiers à travers le pays pour veiller à l'application des mesures anti-Ebola.

Selon le porte-parole de l'armée sierra-léonaise, Michael Samura, le contingent que devait relever le Bataillon Leo II compte 850 hommes.

"La relève est prévue tous les 12 mois", le premier contingent aurait dû "rentrer en juin, il est toujours là-bas (en Somalie)", a précisé M. Samura, joint mardi par l'AFP. A la question de savoir si ces troupes allaient rentrer en Sierra Leone ou allaient être maintenues sur place, il a répondu: "Maintenant, c'est à l'Union africaine (UA) de décider".

Le week-end dernier, le chef de l'armée sierra-léonaise, Samuel Williams, avait indiqué que les autorités dépensaient chaque mois 105 millions de léones (près de 19.000 euros/24.000 dollars) pour loger et nourrir le contingent en attente de déploiement. "C'est un fardeau financier de les maintenir indéfiniment dans le camp", avait-il dit.

Par ailleurs, sur le terrain, le Programme alimentaire mondial (PAM) poursuivait mardi son opération de distribution d'aide alimentaire lancée la semaine dernière et visant 265.000 habitants à Freetown, selon des responsables de cette organisation.

"La nourriture, surtout composée de riz, vise à aider le gouvernement dans ses efforts contre le virus Ebola. C'est la plus grande opération que nous menons depuis le début de l'épidémie d'Ebola" en Sierra Leone, a expliqué à la presse Djaounsede Pardon Madjiangar, un responsable de la communication du PAM.

La distribution, lancée le 17 octobre et exécutée en collaboration avec plusieurs ONG et la société civile, se déroule dans la banlieue de Waterloo et ses environs (nord de Freetown), et cible "principalement des maisons en quarantaine, des centres de traitement et des exploitations agricoles familiales dans les zones isolées, a expliqué M. Madjiangar.

"Un bateau transportant 7.000 tonnes de riz est arrivé à Freetown, en Sierra Leone, en provenance de Cotonou, au Bénin. Il doit décharger une partie de sa cargaison à Freetown avant de se rendre à Monrovia, au Liberia", a précisé Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, mardi à New York.

En plus de la distribution de nourriture, le PAM gère aussi la logistique des opérations d'aide internationale dans la lutte anti-Ebola, intensifiait ses livraisons de divers matériels et équipements, d'après ses responsables.

L'agence a ainsi acheminé par avion 20 ambulances et 10 camions mortuaires - 30 véhicules - , acquis pour le gouvernement sierra-léonais avec un financement de la Banque mondiale.

"Il s'agit d'une première série de livraison de véhicules", a indiqué le PAM dans un communiqué, précisant que 44 autres véhicules devaient être emmenés par voie maritime dans les prochaines semaine du centre logistique de Dubaï à Freetown.

AFP

Ses derniers articles: Ghana: premier tour de la présidentielle sur fond de tensions  En Ouganda, les rescapés de la LRA suivent avec émotion le procès d'un de leurs bourreaux  Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes 

Ebola

Proteines

L'épidémie d'Ebola a détourné les Africains de la viande de chauve-souris

L'épidémie d'Ebola a détourné les Africains de la viande de chauve-souris

AFP

La Sierra Leone et le Liberia risquent des épidémies meurtrières comme Ebola

La Sierra Leone et le Liberia risquent des épidémies meurtrières comme Ebola

Date de péremption

Le scandale des poulets avariés résume les problèmes qui touchent la Sierre Leone

Le scandale des poulets avariés résume les problèmes qui touchent la Sierre Leone