mis à jour le

Des combattants de la Séléka, en juin 2014. REUTERS/Goran Tomasevic
Des combattants de la Séléka, en juin 2014. REUTERS/Goran Tomasevic

Avant, la Centrafrique était une nation paisible. Mais ça, c'était avant.

La guerre civile et religieuse en Centrafrique a transformé le pays en un endroit où l'avenir s'est mis à l'ombre pour se reposer.

Même pour Bangui, capitale de la République centrafricaine et l'une des villes les plus pauvres du monde, Saïdou est misérable. Contrairement aux quartiers environnants, avec leurs immeubles et leurs lotissements bien rangés derrière des murs et des clôtures, Saïdou, qui s'étend sur un bout de terre oblong à quelques encablures du centre, tient davantage des bidonvilles que l'on retrouve dans d'autres villes africaines moins structurées, comme Kinshasa ou Lagos.

En d'autres termes, on dirait un village. Il n'y a pas de murs, pas de portails. Des maisons basses en parpaings se font face les unes aux autres selon des angles bizarres. Les rues sont ici des chemins de terre, des broussailles, des ruisseaux d'eau grise. Pour arriver à Saïdou, il vous faut couper par l'Avenue des Martyrs et vous engouffrer entre deux gratte-ciels. Les immeubles tombent en ruine et leurs habitants sont eux aussi très pauvres, mais ils peuvent regarder Saïdou de haut et remercier Dieu (et les martyrs) de leur avoir donné une telle chance.   

C'est dans l'une de ces maisons en parpaings que Lamove et Serge Kamouss sont nés. Ils y ont grandi avant de fonder leur famille un peu plus loin dans Saïdou. Et, au début de l'année, c'est dans leur maison natale, où leur mère vit désormais seule, qu'ils sont tous les deux revenus un après-midi. Sous un épais brouillard de haine et de honte, ils ne savaient pas qu'ils allaient se retrouver. 

En 2013, la République centrafricaine tombe entre les mains de la Séléka, une milice insurrectionnelle d'obédience musulmane. Bangui est mise à sac, ses habitants tués et brutalisés. Lamove, l'aîné des deux frères, a la Séléka en horreur, mais il n'a pas de travail –il n'en a jamais eu de toute sa vie d'adulte– et le nouveau régime a besoin d'hommes. Alors, quand la Séléka lui offre un poste de soldat, il l'accepte. Serge n'a pas eu autant de chance. La Séléka a coulé son entreprise, l'a jeté en prison et passé à tabac. Lamove, qui craignait pour son nouvel emploi et pour sa vie, n'a pas voulu venir en aide à son frère. Ce jour-là, à Saïdou, cela faisait des mois qu'ils ne s'étaient pas vus.

Lamove est arrivé en premier pour trouver sa mère en train de faire la lessive. Il sait qu'elle réprouve son engagement dans la Séléka et il fait tout son possible pour ne pas en parler avec elle. Mais, inévitablement, le sujet arrive sur la table. Lamove lui rappelle combien il était désespéré, lui parle de ses enfants qu'il n'avait pas les moyens de nourrir. Pour Madame Kamouss, cela n'a aucune importance. Elle lui dit que la Séléka a ruiné leur pays. Ses mercenaires ont tué et violé des membres de leur famille.

A un moment, ils entendent la voix de Serge venant du dehors. Madame Kamouss, qui n'attendait pas de visite de son plus jeune fils, prend peur. Elle n'a pas vu Serge depuis des semaines et craint qu'à sa sortie de prison, il ait rejoint les anti-balaka, une milice d'obédience chrétienne créée pour lutter contre la Séléka. Leurs combats ont entraîné la République centrafricaine dans une guerre civile et religieuse faisant encore rage ce jour-là.

Même s'il est le cadet, Serge a toujours été plus fort que Lamove et, durant sa jeunesse, tout Saïdou le connaissait pour son sang chaud et son goût pour la bagarre. Madame Kamouss sait qu'il en veut à mort à Lamove qui ne l'a pas aidé contre les Séléka et elle redoute sa réaction s'il vient à le trouver dans la maison. Elle décide alors de cacher Lamove dans la chambre à coucher.

Serge est venu accompagné d'amis que sa mère n'a jamais vus, mais il ne les fait pas entrer dans la maison. Il passe la porte seul et, après les embrassades, sa mère lui demande de ses nouvelles. Il admet avoir rejoint les combattants des anti-balaka. Les angoisses de Madame Kamouss étaient justifiées: Serge et Lamove font désormais partie de deux factions ennemies.

«Elle s'est énervée», me dira plus tard Serge.

«Elle m'a dit: “Ils sont dangereux. Les anti-balaka sont dans le camp du mal, ils tuent des gens”. Elle était vraiment en colère.»

Serge lui répond que les anti-balaka cherchent à défendre leur pays contre la Séléka, contre les musulmans et les envahisseurs étrangers qui ont usurpé le pouvoir. Que la Séléka entend réduire les Centrafricains en esclavage et qu'il veut les en empêcher. Qu'en tant que chrétienne, elle devrait comprendre. «Notre but est de reprendre notre pays», lui dit-il.

Lire la suite de cet article sur Slate.fr

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

anti-Balaka

République centrafricaine

Plongée dans les rues de Bambari, symbole du chaos centrafricain

Plongée dans les rues de Bambari, symbole du chaos centrafricain

Blood diamonds

Derrière les violences en Centrafrique se cachent les diamants de sang

Derrière les violences en Centrafrique se cachent les diamants de sang

AFP

Centrafrique: 163 enfants-soldats libérés par la milice anti-balaka

Centrafrique: 163 enfants-soldats libérés par la milice anti-balaka

Bangui

AFP

Centrafrique: le nouveau cardinal promet de se rendre très vite au quartier musulman de Bangui

Centrafrique: le nouveau cardinal promet de se rendre très vite au quartier musulman de Bangui

AFP

Centrafrique: nouveau bilan de 11 morts dans les violences

Centrafrique: nouveau bilan de 11 morts dans les violences

AFP

Centrafrique: six morts au total dans les troubles

Centrafrique: six morts au total dans les troubles

Centrafrique

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

AFP

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée