mis à jour le

Ebola: le Conseil de sécurité se réunit, Obama et Ban appellent

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit mardi à New York sur la propagation du virus Ebola, qui a fait plus de 4.000 morts, alors que le président Barack Obama et le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon ont appelé la communauté internationale à redoubler d'efforts pour faire face à l'épidémie.

"Les deux dirigeants sont tombés d'accord (lors d'un appel téléphonique, ndlr) sur le fait que, face à la menace posée par Ebola, la communauté internationale devait faire preuve de plus de détermination et d'engagement pour répondre de manière résolue" à cette crise, a indiqué lundi la Maison Blanche.

M. Obama et François Hollande ont souhaité lundi "une mobilisation accrue de la communauté internationale et de l'Union européenne, en étroite coordination avec les Nations unies, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et les pays concernés," indique un communiqué de l'Elysée.

Ebola a fait plus de 4.000 morts depuis le début de l'année sur quelque 7.400 cas recensés dans sept pays, essentiellement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée.

Un employé soudanais de l'ONU, contaminé par Ebola et hospitalisé depuis jeudi à Leipzig, dans l'est de l'Allemagne, en provenance du Liberia, est mort, a-t-on appris de source hospitalière.

Cet homme était l'un des trois patients contaminés par Ebola que l'Allemagne avait jusqu'à présent accueillis. Le 4 octobre, le premier malade, un expert sénégalais de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), avait pu quitter, guéri, l'hôpital de Hambourg (nord).

Un autre malade, un médecin ougandais travaillant pour une organisation humanitaire italienne, est soigné depuis le 3 octobre dans un hôpital de Francfort (ouest).

Les ministres de la Santé de l'Union européenne (UE) doivent se réunir jeudi à Bruxelles pour discuter  notamment d'un renforcement des contrôles aux frontières et mieux coordonner la prévention d'une meilleure coordination de la prévention face au risque de propagation de la maladie.

Seule la Grande-Bretagne, qui a prévu d'envoyer des équipes en combinaison de protection au domicile de cas suspects, a établi des contrôles à l'arrivée dans ses aéroports et gares, suivant les exemples américain et canadien. La France envisage de le faire pour les vols en provenance de Guinée.

Aux Etats-Unis, un avion en provenance de Dubaï a été immobilisé lundi plusieurs heures à son arrivée à Boston (nord-est) et cinq voyageurs qui s'étaient auparavant plaints de symptômes ressemblant à la grippe ont été évacués par précaution vers des hôpitaux, a-t-on appris des services locaux de santé. Des tests ont ensuite montré que ces voyageurs n'étaient pas contaminés.

L'Espagne, qui a enregistré le premier cas de contamination hors d'Afrique, a décidé de former tout le personnel, de santé ou de secours, susceptible d'entrer en contact avec le virus.

L'époux de l'aide-soignante espagnole Teresa Romero, toujours hospitalisée dans un état "grave" à Madrid, a dénoncé lundi des failles dans le traitement de la maladie et a réclamé la démission d'un responsable de la Santé publique de la région de Madrid. 

- Grève au Liberia -

 

Au Liberia, les personnels de santé ont été appelés lundi à la grève pour le versement des rémunérations promises en raison de l'épidémie qui frappe durement les soignants.

"Les personnels de santé à travers le pays ont rendu leur tablier comme nous leur avons demandé de le faire", a déclaré à l'AFP le président du syndicat du secteur, Joseph Tamba, expliquant que les revendications portaient notamment sur la titularisation d'employés sans contrat.

En première ligne face à l'épidémie, les soignants ont enregistré 201 contaminations au Liberia et 95 en sont morts, selon le dernier bilan de l'OMS.

Face à l'ampleur de la tâche, le chef de la Mission des Nations unies pour la lutte contre Ebola (UNMEER), Anthony Banbury, a appelé à "l'aide de plus de pays, de leurs militaires, de leurs civils, de leurs personnels de santé".

La directrice de l'OMS Margaret Chan a confié n'avoir "jamais vu une crise de santé menacer la survie même de sociétés et de gouvernements dans des pays déjà très pauvres", selon un discours prononcé en son nom par un responsable de l'organisation. 

Aux Etats-Unis, les autorités sanitaires incriminaient une défaillance dans l'application des mesures de protection pour expliquer la première contamination sur le sol américain, celle d'une soignante de l'hôpital de Dallas (Texas, sud) où a été accueilli le premier malade déclaré dans le pays.

La soignante faisait partie de l'équipe qui a traité ce patient libérien. L'aide-soignante, deuxième contamination hors d'Afrique après le cas espagnol, se trouvait dimanche dans un "état stable", selon des sources médicales.

L'intéressée a assuré avoir respecté les consignes et l'hôpital a souligné qu'elle portait l'équipement (masque, gants, tenue de protection) recommandé par les Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Son chien sera épargné, ont annoncé les autorités américaines.

 

AFP

Ses derniers articles: Kenya: quatre personnes tuées dans un raid contre leur village  L'Afrique du Sud s'oppose  Ping demande aux Gabonais "de se lever comme un seul homme" contre Bongo 

ban

AFP

Ghana: au ban de la société, des athées déclarent "leur existence"

Ghana: au ban de la société, des athées déclarent "leur existence"

AFP

Mali: appel de Ban Ki-moon

Mali: appel de Ban Ki-moon

AFP

Le Soudan du Sud est "au bord du gouffre", avertit Ban Ki-moon

Le Soudan du Sud est "au bord du gouffre", avertit Ban Ki-moon

Obama

AFP

Obama et l'Afrique, un héritage surtout symbolique

Obama et l'Afrique, un héritage surtout symbolique

AFP

Obama inaugure un musée pour mieux comprendre l'histoire afro-américaine

Obama inaugure un musée pour mieux comprendre l'histoire afro-américaine

AFP

Au Liberia, Michelle Obama invite les jeunes filles

Au Liberia, Michelle Obama invite les jeunes filles

sécurité

AFP

Attentat au Burkina: les forces de sécurité doivent miser sur la coopération

Attentat au Burkina: les forces de sécurité doivent miser sur la coopération

AFP

Côte d'Ivoire : le président promet d'investir dans l'armée pour ramener la sécurité

Côte d'Ivoire : le président promet d'investir dans l'armée pour ramener la sécurité

AFP

Cameroun: Amnesty accuse les forces de sécurité de torture entraînant la mort

Cameroun: Amnesty accuse les forces de sécurité de torture entraînant la mort