mis à jour le

Centrafrique: timide retour

Bangui a connu lundi matin un timide retour à la normale après les violences de la semaine dernière qui ont fait une dizaine de morts et paralysé la capitale centrafricaine, a constaté un correspondant de l'AFP.

La reprise des activités des transports en commun - taxis, motos-taxis et bus - amorcée dimanche en fin d'après-midi s'est confirmée avec plus de véhicules en circulation dans la majeure partie de la ville, survolée en permanence par des hélicoptères des forces internationales.

Malgré une pluie diluvienne, de nombreux piétons marchaient également sur les principales avenues pour se rendre au travail ou au marché. La nuit de dimanche à lundi a été nettement plus calme que les précédentes, seuls quelques tirs sporadiques d'origine indéterminée étant entendus.

Quelques barricades érigées la semaine dernière par des manifestants étaient toujours visibles.

En réaction à des meurtres attribués à des musulmans, des barricades avaient été érigées par des individus se réclamant des milices majoritairement chrétiennes anti-balaka, mardi et mercredi dans les quartiers nord de la capitale, puis jeudi dans le centre-ville.

Excédés par les agressions dont ils sont l'objet, les chauffeurs de taxis banguissois s'étaient de leur côté mis en grève, paralysant la capitale.

Des affrontements violents ont opposé les manifestants se revendiquant des anti-balaka aux forces étrangères (françaises, européennes et onusiennes) déployées à Bangui. Ces violences ont été accompagnées de pillages de commerces et d'habitations.

Les violences, les plus fortes depuis la fin août, ont fait au moins dix morts, dont un Casque bleu pakistanais. Elles ont très nettement diminué en intensité depuis samedi.

Dimanche le Premier ministre centrafricain, Mahamat Kamoun, avait appelé la population à reprendre ses activités dès lundi.

La Centrafrique, ancienne colonie française au fort potentiel minier et agricole, a plongé dans un chaos sans précédent début 2013 avec l'arrivée au pouvoir de la Séléka, une coalition rebelle à majorité musulmane, qui a pillé et placé le pays en coupe réglée jusqu'à son départ sous la contrainte en janvier 2014.

Mais les troubles intercommunautaires se sont poursuivis, des milices majoritairement chrétiennes persécutant à leur tour les musulmans.

 

 

 

AFP

Ses derniers articles: Le roi du Maroc se pose en défenseur des intérêts de l'Afrique  Inondations en Sierra Leone: 499 morts, selon la morgue centrale  Afrique du Sud: la justice autorise des enchères de cornes de rhinocéros 

Bangui

AFP

Afrique centrale: bac "mention médiocre" de Bangui

Afrique centrale: bac "mention médiocre" de Bangui

AFP

Centrafrique: un Casque bleu sénégalais tué

Centrafrique: un Casque bleu sénégalais tué

AFP

FMI: Lagarde commence une tournée en Afrique

FMI: Lagarde commence une tournée en Afrique

retour

AFP

Zimbabwe: retour du vice-président soigné en Afrique du Sud

Zimbabwe: retour du vice-président soigné en Afrique du Sud

AFP

Retour au Zimbabwe de Grace Mugabe, soupçonnée d'agression en Afrique du Sud

Retour au Zimbabwe de Grace Mugabe, soupçonnée d'agression en Afrique du Sud

AFP

Nigeria: retour du président Buhari après trois mois d'absence

Nigeria: retour du président Buhari après trois mois d'absence