mis à jour le

L'Afrique du Sud va signer un accord de coopération nucléaire avec la France

L'Afrique du Sud, qui prévoit de s'équiper de nouveaux réacteurs nucléaires, a confirmé vendredi qu'elle s'apprêtait à signer un accord de coopération avec la France pour le développement du nucléaire civil, après un récent accord-cadre avec la Russie.

"Le président Jacob Zuma a autorisé la ministre de l'Energie Tina Joemat-Petterson à signer un accord de coopération dans le développement de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire entre l'Afrique du Sud et la France", ont indiqué ses services dans un communiqué, sans donner de date.

La France organise du 14 au 16 octobre un salon mondial du nucléaire au Bourget près de Paris, auquel le ministère sud-africain de l'Energie doit participer.

"Les détails de la signature de l'accord seront discutés entre le ministère de l'Energie et son pendant français", a seulement indiqué la présidence sud-africaine, au coeur d'une polémique depuis l'annonce de l'accord avec Moscou.

L'annonce le 21 septembre de l'accord avec Rosatom, dont le contenu n'a pas été rendu public, a laissé penser que l'agence atomique russe avait remporté le marché.

Des médias sud-africains ont aussi accusé M. Zuma d'avoir court-circuité plusieurs responsables pour pactiser directement avec son homologue russe Vladimir Poutine, réveillant le spectre d'un marché secret échappant à tout contrôle financier et démocratique.

Depuis, plusieurs responsables sud-africains ont tenté de rectifier le tir, promettant de ne rien cacher à l'opinion sud-africaine et affirmant que des accords similaires seraient prochainement signés avec d'autres pays que la Russie, notamment la France dont l'entreprise Areva est sur les rangs.

Le projet de l'Afrique du Sud d'acheter six à huit nouveaux réacteurs (9.600 MW), en complément de la centrale existante de Koeberg (sud), est dans les cartons depuis les années 2000. 

Le coût pourrait atteindre jusqu'à 70 milliards d'euros et l'ampleur de la facture fait débat en Afrique du Sud. Si personne ne discute de la nécessité d'augmenter la production électrique, le nucléaire apparaît comme une option trop onéreuse aux yeux de certains experts, et source possible de corruption pour l'opposition.

Moscou a semble-t-il marqué un point en proposant de prêter l'argent nécessaire au projet, obligeant les concurrents à proposer eux-aussi des financements. 

L'Afrique du Sud, qui cherche à réduire sa dépendance au charbon et dont le réseau électrique est en permanence saturé, avait déjà lancé un appel d'offres, mais il avait été gelé en 2008 faute d'argent au moment de la chute du président Thabo Mbeki.

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel 

accord

AFP

RDC: accord pour un report de la présidentielle

RDC: accord pour un report de la présidentielle

AFP

Opep: un accord "historique" trouvé

Opep: un accord "historique" trouvé

AFP

Tunisie: accord de sortie de crise avec le groupe pétrolier britannique Petrofac

Tunisie: accord de sortie de crise avec le groupe pétrolier britannique Petrofac

coopération

AFP

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

AFP

Les Parlements tunisien et français scellent un accord de coopération

Les Parlements tunisien et français scellent un accord de coopération

AFP

La France et le Nigeria renforcent leur coopération militaire contre Boko Haram

La France et le Nigeria renforcent leur coopération militaire contre Boko Haram

France

AFP

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

AFP

RDC: la France suspend les adoptions

RDC: la France suspend les adoptions

AFP

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire