mis à jour le

Otage décapité: l'Algérie poursuit les recherches

L'Algérie continue à consacrer d'importants moyens en Kabylie pour retrouver le corps d'Hervé Gourdel, l'otage français décapité en septembre, et localiser ses assassins, a affirmé jeudi le ministère de la Défense.

Le groupe Jund Al-Khilafa (soldats du Califat), qui a fait allégeance au groupe jihadiste Etat islamique (EI), a revendiqué l'enlèvement le 21 septembre puis l'assassinat du guide de haute montagne français de 55 ans.

"Le campement qui servait d'abri à ce groupuscule terroriste lors de l'exécution de son acte abject a été détruit" et des équipements ont été saisis, a affirmé le ministère algérien, ajoutant que "la vaste opération de ratissage est toujours en cours" dans le massif du Djurdjura (150 km au sud-est d'Alger). 

L'armée a déployé "tous les moyens nécessaires afin de retrouver et neutraliser le groupe terroriste (...)", a-t-il souligné dans un communiqué publié sur son site internet.

Des sources sécuritaires ont fait état "d'un déploiement massif de gendarmes et de parachutistes dans la forêt d'Aït Oubane, près du lieu du rapt".

L'objectif est notamment "de mettre la main sur les terroristes qui l'ont tué, surtout leur chef Abdelmalek Gouri", alias Khaled Abou Souleimane, ont-elles dit à l'AFP. Cet homme, âgé de 34 ans, est le chef de Jund Al-Khilafa.

Selon le journal El-Watan, des obus de mortier, de la nourriture, un téléphone portable contenant des photos d'islamistes armés et des vêtements ont été retrouvés dans le campement des jihadistes. Cela laisse penser que les ravisseurs ont quitté précipitamment les lieux pour échapper aux militaires lancés à leur poursuite.

Les militaires ont identifié les cinq hommes qui ont exécuté Hervé Gourdel, dont l'auteur de l'égorgement qui serait le mufti de Jund Al-Khilafa, a ajouté le journal.

Ce quinquagénaire originaire d'Alger est un vétéran des groupes armés islamistes de la guerre civile des années 1990, qui a fait en une décennie 200.000 morts.

Les militaires ont aussi repéré sur place le lieu de tournage de la vidéo où Jund El-Khilafa a proclamé son allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'EI. 

 

AFP

Ses derniers articles: Procès de Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire: ses avocats n'assisteront pas  Une campagne massive de vaccination contre la polio en Afrique  Au Maroc, une littérature riche mais peu lue 

otage

AFP

Gabon: la rentrée scolaire prise en otage par les tensions post-électorales

Gabon: la rentrée scolaire prise en otage par les tensions post-électorales

AFP

Mali: Aqmi fournit une vidéo d'une otage suisse

Mali: Aqmi fournit une vidéo d'une otage suisse

AFP

Attaque

Attaque