mis à jour le

Inhumation

Les neuf Casques bleus nigériens tués vendredi dernier dans le nord du Mali ont été inhumés mercredi à Niamey, en présence du président Mahamadou Issoufou et de responsables maliens et des Nations unies, a constaté l'AFP.

"Vous êtes tombés dans une embuscade tendue par des groupes armés terroristes (...) Votre tragique disparition afflige le peuple nigérien et ses gouvernants", a affirmé le ministre nigérien de la Défense Karidjo Mahamadou dans son oraison funèbre.

"L'Etat du Niger exprime à nouveau sa détermination à continuer à oeuvrer au sein des organisations internationales et régionales à la sécurisation des personnes et de leurs biens", a assuré le ministre.

Etaient aussi présents à la cérémonie Arnauld Akodjènou, représentant spécial adjoint de la mission de l'ONU au Mali (Minusma), ainsi que Ba Ndao, le ministre malien de la Défense.

Les familles des défunts, atterrées, se tenaient en face des neuf cercueils recouverts du drapeau bleu ciel de l'ONU.

Les corps, acheminés mercredi de Bamako par un vol spécial de l'ONU, ont été décorés à titre posthume par Ba Ndao, avant d'être enterrés au cimetière de Niamey.

Le Niger a observé depuis dimanche un deuil national de trois jours. Les drapeaux ont été mis en berne sur tout le territoire.

Les neuf soldats ont été tués le 3 octobre dans l'attaque d'un convoi du contingent nigérien de la Minusma dans la région de Gao (nord-est).

Leurs assaillants seront "poursuivis" et "châtiés" pour "l'ignominie de leurs actes", a promis mardi à Bamako le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, lors d'un hommage funèbre.

L'attaque a été revendiquée par un jihadiste malien proche du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), l'un des groupes liés à Al-Qaïda qui ont contrôlé le nord du Mali pendant près d'un an, entre 2012 et début 2013.

Ces groupes islamistes en ont ensuite été chassés pour la plupart par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de  la France et toujours en cours.

Affaiblis, ils restent néanmoins actifs dans ces zones où ils commettent régulièrement des assauts meurtriers.

Un Casque bleu sénégalais été tué mardi soir par des tirs de roquette contre le camp de la Minusma à Kidal, dans le nord-est malien.

AFP

Ses derniers articles: Mauritanie: la révision constitutionnelle soumise  Wilmots (Côte d'Ivoire): "Voir si mon estomac est costaud"  Yémen : des ONG dressent un tableau humanitaire apocalyptique 

bleus

AFP

Casques bleus soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique: le Gabon et le Burundi promettent des sanctions

Casques bleus soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique: le Gabon et le Burundi promettent des sanctions

AFP

Abus sexuels en Centrafrique: des Casques bleus mis en cause

Abus sexuels en Centrafrique: des Casques bleus mis en cause

AFP

RDC: une fillette tuée et 31 Casques bleus blessés

RDC: une fillette tuée et 31 Casques bleus blessés

inhumation

AFP

Cameroun: inhumation du footballeur Patrick Ekeng, décédé lors d'un match

Cameroun: inhumation du footballeur Patrick Ekeng, décédé lors d'un match

AFP

RDC: dernière messe en hommage

RDC: dernière messe en hommage

AFP

Mandela: ultime adieu au géant bien-aimé avant son inhumation

Mandela: ultime adieu au géant bien-aimé avant son inhumation

Mali

AFP

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

AFP

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

AFP

CAN: le Mali éliminé sans gloire dans la pataugeoire d'Oyem

CAN: le Mali éliminé sans gloire dans la pataugeoire d'Oyem