mis à jour le

Afrique du Sud: Lesetja Kganyago promu gouverneur de la banque centrale

Lesetja Kganyago, gouverneur adjoint de la banque centrale d'Afrique du Sud, a été promu lundi à la tête de cette institution pour succéder en novembre à Mme Gill Marcus, appréciée des marchés pour son orthodoxie et son indépendance.

"J'ai le plaisir de nommer M. Lesetja Kganyago (...) avec effet au 9 novembre 2014", a déclaré lors d'un point presse à Pretoria le président Jacob Zuma, qui a finalement tranché entre les deux adjoints de Mme Marcus, tous deux favoris dans la course pour sa succession.

M. Kganyago, 48 ans, est un ancien directeur général du Trésor sud-africain entré à la banque centrale en 2011. Au Trésor, il a côtoyé le nouveau ministre des Finances Nhlanhla Nene, nommé en mai par le président Zuma en début de second mandat. 

Dans une brève allocution, il a promis de "ne pas décevoir". "Je n'ai rien à réinventer, j'ai uniquement à poursuivre ce qu'elle a laissé", a-t-il déclaré, en hommage à Mme Marcus.

"Elle nous a guidé à travers la forêt dangereuse de l'économie mondiale. Elle sait où sont les points d'eau", a-t-il ajouté, filant la métaphore de la savane: "Les éléphants n'oublient pas, nous trouverons ces points d'eau car elle nous a guidé dans la forêt".

Il a rappelé que la Constitution imposait à la banque centrale "de protéger la valeur de la monnaie dans l'intérêt d'une croissance équilibrée et durable".

Ces deux objectifs n'ont jamais paru aussi contradictoires et sources de dilemme pour la banque centrale, confrontée à une inflation plus élevée que la fourchette souhaitée (3% à 6%) et dans le même temps à une croissance beaucoup trop faible.

Dans la pratique, depuis janvier, la banque centrale a donné la priorité à la lutte contre l'inflation, resserrant à deux reprises les vannes du crédit. Une orthodoxie qui en avait surpris plus d'un en pleine année électorale.

L'annonce en septembre du départ de Mme Marcus, 65 ans, avait fait fléchir le rand, la monnaie nationale, au plus bas depuis cinq ans face au dollar, les marchés s'inquiétant de savoir si son successeur s'inscrirait dans la continuité de son action.

La faiblesse du rand est liée en partie au changement de politique monétaire aux Etats-Unis mais aussi à des facteurs internes à l'Afrique du Sud, des grèves et la crainte d'une dérive des finances publiques.

La croissance ne devrait pas dépasser les 1,5% en 2014 selon la dernière prévision de la banque centrale.

 

 

AFP

Ses derniers articles: Vaches aux enchères: le Kenya a convoqué l'ambassadeur tanzanien  "Maman, on me tue": en RDC, Goma au défi des violents rapts d'enfants  Au Cameroun anglophone, une insurrection en train de "prendre corps" 

Afrique

AFP

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

AFP

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

AFP

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

banque

AFP

Algérie: la Banque centrale autorisée

Algérie: la Banque centrale autorisée

AFP

Société Générale lance une nouvelle banque alternative en Afrique

Société Générale lance une nouvelle banque alternative en Afrique

AFP

Afrique: la Banque mondiale appelle la France

Afrique: la Banque mondiale appelle la France

gouverneur

AFP

Nigeria: un gouverneur de l'opposition se lance dans la course

Nigeria: un gouverneur de l'opposition se lance dans la course

AFP

Tunisie: démission du gouverneur de Tataouine sur fond de troubles sociaux

Tunisie: démission du gouverneur de Tataouine sur fond de troubles sociaux

AFP

Tanzanie: tollé après les pressions d'un gouverneur sur un média

Tanzanie: tollé après les pressions d'un gouverneur sur un média