mis à jour le

Somalie: Barawe, dernier grand port tenu par les islamistes, repris par l'armée et les forces de l'UA

L'armée somalienne et la force de l'Union africaine (Amisom) ont pris dimanche le contrôle de Barawe, dernier port somalien d'importance aux mains des islamistes somaliens shebab, crucial pour leur financement, ont annoncé des responsables somaliens à l'AFP.

Barawe était l'objectif principal avoué de l'opération "Océan Indien", lancée fin août par l'Amisom avec l'armée somalienne dans le but de reprendre les localités encore sous contrôle des islamistes dans le sud de la Somalie.

"L'armée somalienne et l'Amisom ont pris le contrôle de Barawe ce (dimanche) matin. La situation est calme et les militants (shebab) ont fui avant que les forces n'atteignent la ville", a expliqué Abdukadir Mohamed Nur, gouverneur de la province de Basse-Shabelle où se trouve Barawe.

"L'armée contrôle totalement" Barawe, à environ 200 km au sud-ouest de Mogadiscio, a déclaré Abdi Mire, un responsable militaire somalien.

Le port de Barawe, d'où les shebab exportent du charbon de bois vers les pays du Golfe, était crucial pour les finances du groupe islamiste, chassé militairement de Mogadiscio puis de la plupart de ses bastions depuis août 2011. Selon des estimations des Nations unies, le trafic de charbon de bois depuis Barawe lui rapportait tous les ans au moins 25 millions de dollars (19 millions d'euros).

La chute de Barawe est un nouveau coup sérieux porté aux shebab, un mois après la mort de leur chef suprême, Ahmed Abdi "Godane", tué tout début septembre par une frappe aérienne américaine contre une réunion de hauts responsables du groupe dans la Basse-Shabelle.

Samedi, à l'occasion des célébrations de l'Aïd el-Kébir à Barawe, un commandant shebab, Cheikh Mohamed Abu Abdallah, avait affirmé que les islamistes continueraient de harceler les forces somaliennes et de l'UA autour de la ville si elle était prise.

"L'ennemi approche afin de submerger la localité, mais laissez-moi vous assurer que nous ne quitterons jamais les alentours de Barawe, le combat continuera et nous transformerons la ville en tombeau des ennemis", a déclaré Cheikh Mohamed Abu Abdallah, selon des propos rapportés par un site pro-shebab, confirmés à l'AFP par des habitants de Barawe.

Les shebab, défaits depuis 2011 sur le terrain militaire en raison de la puissance de feu supérieure de l'Amisom, ont abandonné le combat conventionnel au profit d'actions de guérilla et d'attentats. Depuis le début de l'année, ils ont notamment attaqué la présidence et le Parlement dans la capitale Mogadiscio, mais aussi frappé les pays voisins fournissant des troupes à l'Amisom, notamment le Kenya et Djibouti.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: l'ONU lance un appel d'urgence  Les Burundais au Rwanda: "Réfugiés mais pas condamnés  Sahara occidental: espoir d'un règlement après le retrait du Front Polisario 

forces

AFP

Centrafrique: fin de la traque contre Kony pour les forces américaines

Centrafrique: fin de la traque contre Kony pour les forces américaines

AFP

Côte d'Ivoire: le gouvernement condamne la mutinerie des forces spéciales

Côte d'Ivoire: le gouvernement condamne la mutinerie des forces spéciales

AFP

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

l'armée

AFP

Nigeria: l'armée en guerre contre les raffineries illégales

Nigeria: l'armée en guerre contre les raffineries illégales

AFP

Attaque meurtrière contre l'armée au Mali, des "terroristes" neutralisés

Attaque meurtrière contre l'armée au Mali, des "terroristes" neutralisés

AFP

Somalie: le nouveau chef de l'armée réchappe

Somalie: le nouveau chef de l'armée réchappe

port

AFP

Ethiopie: inauguration d'un train chinois pour relier Addis Abeba au port de Djibouti

Ethiopie: inauguration d'un train chinois pour relier Addis Abeba au port de Djibouti

AFP

Libye: un pétrolier quitte le port de Ras Lanouf pour la première fois depuis 2014

Libye: un pétrolier quitte le port de Ras Lanouf pour la première fois depuis 2014

AFP

Afrique du Sud: l'ANC reconnaît sa défaite

Afrique du Sud: l'ANC reconnaît sa défaite