mis à jour le

RDC: ouverture du procès des meurtriers présumés d'un officier

Le procès des meurtriers présumés du colonel congolais Mamadou Ndala, chef charismatique d'un bataillon commando tué en janvier, s'est ouvert mercredi à Beni, dans l'Est de la République démocratique du Congo, a constaté un journaliste de l'AFP.

Vingt personnes sont jugées par la cour opérationnelle militaire du Nord-Kivu pour le meurtre de ce jeune officier adulé de ses hommes et auréolé de nombreuses victoires contre la rébellion du Mouvement du 23 Mars (M23), défaite en novembre 2013.

Basée habituellement à Goma, capitale du Nord-Kivu, province de l'Est de la RDC ravagée par les conflits depuis plus de vingt ans, la Cour s'est déplacée à Beni, dans le Nord de cette région.

Douze des accusés ont comparu en plein air devant le tribunal : dix militaires, un civil et un membre d'un groupe rebelle. Les huit autres, tous civils, sont en fuite.

Parmi les principaux accusés figure le lieutenant-colonel Tito Bizuru, ancien commandant de la place militaire de Beni. A la lecture de son nom, une clameur de réprobation est montée de l'assistance.

Chef du 42e bataillon commando de l'Unité de réaction rapide (URR) congolaise, le colonel Ndala a été tué le 2 janvier par un tir de roquette ayant visé son véhicule dans les environs de Beni peu après avoir quitté cette ville.

Considéré comme un héros par un grand nombre d'habitants du Nord-Kivu, qu'il avait réconciliés avec une armée congolaise généralement réputée pour son inefficacité, son indiscipline et sa capacité à vivre sur les populations civiles, il a été élevé au grade de général à titre posthume.

Se réjouissant de l'ouverture du procès, la Lutte pour le changement (Lucha), mouvement de jeunes indignés actif au Nord-Kivu, a souhaité dans un communiqué que celui-ci "soit un véritable moment de vérité et de justice, et non pas une simple formalité destinée à calmer l'opinion publique et à cacher pour de bon la vérité sur ce crime ainsi que ses vrais auteurs et commanditaires".

La Société civile du Nord-Kivu a espéré pour sa part que la Cour ne se livre pas à "une parodie de justice ou à un simulacre de procès".

AFP

Ses derniers articles: Guinée équatoriale: la Cour constitutionnelle valide les élections  Corruption au Tchad et en Ouganda: un groupe chinois dément être impliqué  Esclavage en Libye: la RDC rappelle son ambassadeur 

ouverture

AFP

Ouverture au Cap du plus grand musée d'art contemporain africain

Ouverture au Cap du plus grand musée d'art contemporain africain

AFP

Kenya: ouverture de la nouvelle législature, l'opposition boycotte

Kenya: ouverture de la nouvelle législature, l'opposition boycotte

AFP

Mauritanie: ouverture de la campagne pour le référendum constitutionnel

Mauritanie: ouverture de la campagne pour le référendum constitutionnel

procès

AFP

Maroc: brève reprise du procès du leader de la contestation dans le Nord

Maroc: brève reprise du procès du leader de la contestation dans le Nord

AFP

Tunisie: nouvelle audience dans le procès de l'attentat du Bardo

Tunisie: nouvelle audience dans le procès de l'attentat du Bardo

AFP

Maroc: début du procès du leader de la contestation

Maroc: début du procès du leader de la contestation