mis à jour le

Coucher de soleil sur le lac Albert, au nord de l'Ouganda / REUTERS
Coucher de soleil sur le lac Albert, au nord de l'Ouganda / REUTERS

L'Ouganda ne sera jamais la Mecque africaine des homosexuels

Comment comprendre la campagne visant à attirer les gays dans un pays aussi dangereux pour eux?

C'est l'exemple typique de la mauvaise bonne idée. Vendre l’Ouganda comme une destination touristique pour les homosexuels... La campagne vient d’être lancée par les professionnels du tourisme de ce pays, au grand dam de la communauté internationale encore marquée par les violences et les lois répressives à l’encontre des gays et lesbiennes ougandais.

«Nous n'avons jamais entendu dire que quelqu'un s'était vu demander à l'aéroport “Quelle est votre orientation sexuelle?” ou avait été refoulé», a expliqué à l’Agence France Presse, Barbra Adoso, l’une des responsables de l’association locale des tours opérateurs, pour justifier cette campagne.

L’Office du tourisme ougandais, lequel coordonne d’ailleurs cette opération de charme à l’endroit des homosexuels étrangers, partage le même point de vue. L’International Gay and Lesbian Travel Association (ILGA), la plus importante association de professionnels du voyage à destination des homosexuels, confirme d’ailleurs avoir reçu, à New York, début septembre, une délégation ougandaise, afin d’«amorcer le dialogue».

Cette rencontre est intervenue un peu moins d’un mois après que la Cour constitutionnelle a annulé sa fameuse loi anti-gays, qui prévoyait la peine capitale pour «homosexualité aggravée» (et des peines de prison pour quiconque n’aurait pas dénoncé un homosexuel dans son entourage). «L’Anti-Homosexuality Bill» avait suscité une vive colère des ONG des droits de l’Homme, des Etats-Unis et de nombreux pays occidentaux.

Sauf que si cette loi a été annulée, c’est uniquement pour des raisons de procédure. La loi va être représentée au Parlement. Et, à l’heure actuelle, toute personne reconnue «coupable» d’homosexualité encourt la prison à vie en Ouganda. De toute évidence, ce pays n’est pas devenu comme par enchantement une sorte de Mecque africaine des homosexuels; même la ville du Cap, en Afrique du Sud, l’est à peine.

Dans ces conditions, comment peut-on imaginer une seule seconde vouloir vendre l’Ouganda comme une destination touristique pour les gays? Un pays où les violences à l’encontre de personnes LGBT sont monnaie courante, un pays pris sous le joug des églises évangélistes, un pays où règne une véritable «homophobie d’Etat», comme le soulignait l’ONG Amnesty International, dans un récent rapport.

Faire comme si tout cela n’existait plus, n’existait pas ou même n’avait jamais existé, c’est un peu comme si on demandait aux personnes LGBT d’aller se jeter dans la gueule du loup.

Il faut être sérieux et éviter de prendre des vessies pour des lanternes. L’Ouganda, en annulant sa loi anti-gays, n’a fait que reculer pour mieux sauter. Les persécutions contre les homosexuels vont malheureusement s’accentuer, malgré les pressions internationales.

Pourtant l’Ouganda ne manque pas d’attraits. Progressivement ouverte au tourisme dès le début des années 1980, avec la chute de l’ex-dictateur fou et sanguinaire Idi Amin Dada, ses paysages sont grandioses. Les eaux éclatantes du lac Victoria, les cimes vertigineuses des Virunga et des Rwenzori, les impressionnants gorilles de montagne ont contribué à la surnommer la «Perle de l’Afrique». Et le tourisme représente plus 8% du PIB du pays.

Mais l’Ouganda reste une destination à éviter quand on est homosexuel. Et, pour tout dire, le pays est d’autant plus à éviter que les arguments utilisés par les responsables locaux du tourisme pour justifier leur campagne sont tout bonnement hallucinants.

Barbra Adoso, la représentante des tour opérateurs ougandais, a souligné à l’AFP que toute la controverse autour de la loi anti-gays n’était qu’un «malentendu» et que le but de cette loi n’était autre que de «protéger les enfants» contre les pédophiles. Plus grave encore, elle explique que les organisations de défense des droits des LGBT ont «exagéré des histoires» pour obtenir des subventions.

Il ne s’agit même pas là d’un déni de réalité. Cela s’apparente à une provocation.

Raoul Mbog

Raoul Mbog

Raoul Mbog est journaliste à Slate Afrique. Il s'intéresse principalement aux thématiques liées aux mutations sociales et culturelles et aux questions d'identité et de genre en Afrique.

 

 

Ses derniers articles: Les femmes de Boko Haram sont aussi dangereuses que les hommes  Le problème avec les gens qui veulent «sauver l'Afrique»  Bienvenue en enfer 

gays

AFP

Tanzanie: un ministre menace de publier les noms de gays

Tanzanie: un ministre menace de publier les noms de gays

LGBT

Persécutés, les gays égyptiens regrettent presque l'époque de Moubarak

Persécutés, les gays égyptiens regrettent presque l'époque de Moubarak

LGBT

Le procès de deux gays reflète le débat qui polarise le Maroc

Le procès de deux gays reflète le débat qui polarise le Maroc

homophobie

LGBTQ

Plainte contre Maroc Hebdo pour sa une «Faut-il brûler les homos?»

Plainte contre Maroc Hebdo pour sa une «Faut-il brûler les homos?»

Homophobie

Le Congo-Kinshasa sur les pas de l'Ouganda

Le Congo-Kinshasa sur les pas de l'Ouganda

AFP

Orange retire sa pub du journal ougandais Red Pepper

Orange retire sa pub du journal ougandais Red Pepper

homosexuels

AFP

La Tanzanie menace d'arrêter les défenseurs des homosexuels

La Tanzanie menace d'arrêter les défenseurs des homosexuels

AFP

La romancière Slimani défend les homosexuels sur un site marocain

La romancière Slimani défend les homosexuels sur un site marocain

Sexualité

Au Sénégal, la presse contribue au sentiment antihomosexuel

Au Sénégal, la presse contribue au sentiment antihomosexuel