mis à jour le

"Je ne suis pas mort", dit le président zambien, quasi absent depuis trois mois

Le président zambien Michael Sata, qui était resté invisible près de trois mois, a fait une apparition vendredi pour ouvrir une session du Parlement en déclarant: "Je ne suis pas mort".

La semaine dernière, la télévision d'Etat avait diffusé de brèves images du président participant à une réunion politique.

Le chef de l'Etat, âgé de 77 ans, s'est présenté flanqué de son épouse Christine, qu'il a chaleureusement remerciée devant la représentation nationale: "C'est elle qui m'a permis de tenir jusqu'à maintenant, je ne suis pas mort", a-t-il dit, d'une voix brisée par l'émotion.

Depuis des mois, la rumeur affirme que le président élu en 2011 est gravement malade, mais l'information a toujours été démentie officiellement.

Michael Sata n'a pas lu l'intégralité de son discours. Après avoir officiellement ouvert la session, il a déclaré: "Je vous remercie de m'avoir écouté et je laisse le reste du discours au président" du Parlement.

Les politologues locaux s'accordent à dire que la guerre de succession a déjà commencé à Lusaka.

Le président a notamment promis que son gouvernement s'efforcerait de développer le secteur agricole et de construire des logements pour les étudiants. "L'agriculture est le secteur clé pour nous permettre de lutter contre la pauvreté, et notre gouvernement continue à faire de la sécurité alimentaire sa priorité", a-t-il dit.

AFP

Ses derniers articles: Gambie: gel des biens de Jammeh, soupçonné d'avoir détourné 50 millions USD  Maroc: une importante délégation gouvernementale visite Al-Hoceïma  Soudan du Sud: Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national 

président

AFP

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

AFP

Tunisie: démission surprise du président de l'instance électorale

Tunisie: démission surprise du président de l'instance électorale

AFP

L'absence du président Buhari plonge le Nigeria dans l'incertitude

L'absence du président Buhari plonge le Nigeria dans l'incertitude