mis à jour le

Ebola: la Sierra Leone va confiner sa population

La Sierra Leone, un des trois pays africains les plus touchés par Ebola, se prépare à un confinement sans précédent de sa population pendant trois jours, pour une campagne de porte-à-porte géante à destination de ses 6 millions d'habitants.

Signe de la mobilisation internationale croissante, le Conseil de sécurité, saisi en urgence par les Etats-Unis, devait se prononcer jeudi sur un projet de résolution américain contre la propagation de l'épidémie. Une telle initiative est rarissime dans le domaine de la santé, alors que l'ONU a estimé les besoins de financement à près d'un milliard de dollars.

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la plus grave de l'histoire de cette fièvre hémorragique identifiée en 1976, a tué au moins 2.461 personnes sur 4.985 cas, selon le dernier bilan publié mardi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Au Liberia, de loin le pays le plus affecté (1.296 morts sur 2.407 cas), une volontaire française de Médecins sans Frontières (MSF) en mission dans la capitale Monrovia, contaminée par le virus, était en voie de rapatriement par avion spécial, une première pour la France.

Le président américain Barack Obama a appelé mardi "à agir vite" pour éviter que des "centaines de milliers" de personnes ne soient contaminées. Les autorités sanitaires mondiales redoutent pour l'heure que quelque 20.000 personnes soient infectées d'ici la fin de l'année.

M. Obama a annoncé la création d'un centre de commandement militaire au Liberia pour soutenir la lutte contre l'épidémie à travers la région et la mise en place de 1.000 lits. Quelque 3.000 militaires américains devraient être engagés dans la bataille.

En Sierra Leone, les autorités ont mobilisé près de 30.000 personnels (7.136 équipes de quatre personnes), pour rendre visite à 1,5 million de foyers à partir de minuit (heure locale et GMT) dans la nuit de jeudi à vendredi.

"Le confinement aura bien lieu pendant ces trois jours, quoi qu'il arrive", a assuré à l'AFP Steven Gaojia, le coordinateur national du Centre d'opérations d'urgence gouvernemental.

Les équipes distribueront à chaque foyer un savon et de la documentation sur Ebola et mettront en place dans chaque quartier des comités de veille.

Mais le gouvernement a précisé qu'elles n'entreraient pas dans les domiciles et alerteraient les services spécialisés si elles découvraient des malades ou des morts.

- 'Inverser la tendance' -

Les autorités, qui s'attendent à une augmentation des cas recensés (1.620 déjà, dont 562 morts) pouvant aller jusqu'à 20% lors de cette opération, ont prévu des lits supplémentaires dans tout le pays, dont près de 200 autour de la capitale Freetown.

Les personnels de santé, les services d'urgence et les forces de sécurité sont exemptés de cette mesure, comme les médias. La population sera autorisée à sortir après 18H00 pour aller prier à l'église ou à la mosquée.

Le président Ernest Bai Koroma devait lancer l'opération par une allocution dans la soirée, qu'il a demandé aux chefs de tribus de relayer.

"Le principal objectif de la campagne est d'inverser la tendance à l'accroissement des cas d'Ebola dans les trois mois", a expliqué à l'AFP un responsable du ministère de la Santé, Lansana Conteh.

Les habitants se pressaient dans les rues pour faire des provisions de denrées de base: huile, riz, pommes de terre et manioc, provoquant des embouteillages.

Mais les spécialistes de santé publique doutaient de l'efficacité de mesures aussi coercitives pour faire reculer l'épidémie.

L'ex-président de MSF Jean-Hervé Bradol a jugé l'initiative de la Sierra Leone "hautement irréaliste": les autorités n'ont "pas les moyens de visiter l'ensemble des foyers en trois jours", et beaucoup d'habitants "n'ont pas les ressources pour rester trois jours à la maison sans sortir".

Face à des centres "hyper-saturés" qui refusent tous les jours des patients, "que vont-ils en faire quand ils débusqueront de nouveaux malades?", s'est-il interrogé.

En Guinée, d'où est partie l'épidémie au début de l'année (595 morts sur 936 cas), au moins 21 personnes ont été blessées mardi lors d'une manifestation contre des responsables en campagne de sensibilisation dans le Sud-Est.

Des villageois de Womé, près de N'zérékoré, la deuxième plus grande ville du pays, se sont attaqués à coups de pierres et de bâtons à la délégation conduite par le gouverneur, Lancéi Condé, selon la gendarmerie locale.

Dans ce contexte, la principale lueur d'espoir venait de la recherche médicale, dont les perspectives de découvrir un vaccin efficace avant la fin de l'année paraissent prometteuses: les premiers essais cliniques n'ont pas révélé de réactions néfastes.

AFP

Ses derniers articles: Kenya: le pape souhaite "un climat de dialogue constructif"  L'OMS annule la nomination de Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté  Mali: l'ONU dit son "impatience" aux signataires de l'accord de paix 

population

AFP

La population de l'Afrique devrait doubler d'ici 2050, quadrupler d'ici 2100

La population de l'Afrique devrait doubler d'ici 2050, quadrupler d'ici 2100

Zone de guerre

Centrafrique: l'est du pays a nouveau secoué par des violences

Centrafrique: l'est du pays a nouveau secoué par des violences

Développement

Les 10 pires pays pour les jeunes sont tous situés en Afrique

Les 10 pires pays pour les jeunes sont tous situés en Afrique