mis à jour le

Nigeria: 67 Sud-Africains parmi les victimes de l'effondrement d'un édifice

Le président Jacob Zuma a annoncé mardi que 67 ressortissants sud-africains étaient morts dans l'effondrement le 12 septembre d'un édifice religieux à Lagos, la capitale économique du Nigeria.

"Je suis profondément triste d'annoncer que 67 Sud-Africains ont trouvé la mort et que de nombreux autres ont été blessés après l'effondrement" de la Synagogue Church of All Nations vendredi, a déclaré le président dans un discours à la Nation.

L'immeuble qui s'est effondré faisait partie de bâtiments de l'Eglise du télévangéliste T.B. Joshua, The Synagogue Church of All Nations (SCOAN). 

Le bâtiment, qui comprenait également un hôtel pour héberger les fidèles étrangers du prêcheur, était en pleins travaux d'agrandissement au moment de l'accident.

Au moins cinq groupes d'adeptes sud-africains se trouvaient dans l'immeuble au moment de son effondrement, selon des responsables.

Le nombre de Sud-Africains tués dépasse le bilan annoncé peu auparavant par les secours nigérians, qui faisaient état de 62 morts au total et 133 rescapés, laissant penser que le véritable bilan pourrait être finalement bien plus lourd.

"Notre pays n'a pas connu dans son histoire récente un tel nombre de morts parmi ses ressortissants dans un accident survenu en dehors du pays", a commenté M. Zuma.

"Nos pensées vont aux familles, amis et collègues qui ont perdu leurs proches dans cette douloureuse tragédie. La nation toute entière partage la peine des mères, pères, filles et fils qui ont perdu leurs proches. Nous sommes tous dans la peine", a déclaré M. Zuma.

Le président sud-africain a ajouté avoir ordonné aux différents services compétents de venir en aide aux familles pour qu'elles puissent se rendre au Nigeria afin d'identifier les corps de leurs proches et rapatrier leurs dépouilles dès que possible.

T.B. Joshua, surnommé "le prophète", revendique de nombreux fidèles au Nigeria et ailleurs, convaincus de ses dons de guérisseurs et par ses prophéties. Il aurait entre autres prévu le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines, l'attentat contre le marathon de Boston et les résultats de l'équipe de foot du Nigeria.

Parmi ses fidèles figurent des présidents et des Premiers ministres, ce qui lui donne un poids considérable.

M. Joshua avait d'abord affirmé que seules quelques personnes avaient été blessées, avant de suggérer qu'un avion volant à basse altitude était à l'origine du sinistre.

Selon son site internet, trois des ses anciens lieux de culte ont également été détruits dans le passé.

Dans un tweet mardi, il a déclaré: "Les temps difficiles me mettent à l'épreuve, ils ne peuvent pas me détruire".

Les autorités de l'Etat de Lagos ont déclaré mener l'enquête sur les causes de cet effondrement, qui pourrait être dû à l'ajout de nouveaux étages sans que les fondations de l'immeuble aient été renforcées.

Les opérations de secours, qui ont jusqu'à présent permis de sauver 133 personnes, doivent s'arrêter mercredi.

AFP

Ses derniers articles: L'art contemporain africain en quête de promotion continentale  A Cotonou, des taxis "chics" pour transporter la nouvelle classe moyenne  Famine: les Etats-Unis vont augmenter leur aide de 575 millions de dollars 

édifice

AFP

Effondrement d'un édifice religieux

Effondrement d'un édifice religieux

AFP

Lagos: un télévangéliste pointé du doigt après l'effondrement d'un édifice religieux

Lagos: un télévangéliste pointé du doigt après l'effondrement d'un édifice religieux

satarbf

Lagos

AFP

Nigeria: 8 morts dans l'effondrement d'un immeuble

Nigeria: 8 morts dans l'effondrement d'un immeuble

AFP

La destruction des bidonvilles de Lagos nourrit la colère

La destruction des bidonvilles de Lagos nourrit la colère

AFP

Nigeria: un incendie ravage une caserne de police

Nigeria: un incendie ravage une caserne de police

victimes

AFP

Au Cap, le blues des victimes de la crise immobilière

Au Cap, le blues des victimes de la crise immobilière

AFP

En Afrique du Sud, les victimes de viol fuient la police

En Afrique du Sud, les victimes de viol fuient la police

AFP

Boko Haram a fait près de 400 victimes civiles depuis avril

Boko Haram a fait près de 400 victimes civiles depuis avril