mis à jour le

Crise malienne: des groupes du nord décident de parler

Des mouvements du nord du Mali, qui participent à Alger à la deuxième phase des négociations de paix avec Bamako, ont décidé de parler d'une "seule voix" pour parvenir à une solution "globale" dans cette région, selon l'agence APS.

"Dorénavant, c'est une seule voix qui va parler au nom du peuple de l'Azawad (nord malien)", a déclaré dimanche le président de la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA), Ibrahim Ag Mohamed Salah.

La CPA, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA) ont signé un protocole d'entente pour ½uvrer "ensemble" en faveur des aspirations "légitimes" du peuple de l'Azawad, a-t-il précisé à l'issue d'une réunion avec le chef de la diplomatie algérienne Ramtane Lamamra, dont le pays assure la médiation.

Le secrétaire général du MAA, Ahmed Ould Sidi Mohamed, a précisé que cette étape "sera suivie par d'autres jusqu'à l'aboutissement d'une solution juste et globale".

La deuxième phase de négociations entre Bamako et les groupes armés maliens a débuté le 1er septembre et doit se poursuivre jusqu'à une date indéterminée.

Avant la rencontre d'Alger, les "faucons" et les "colombes" des groupes armés touareg et arabes avaient déjà tenté d'unifier leurs rangs lors d'une rencontre à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Dans le groupe des "faucons" figurent les hommes du MNLA, du Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA, au sein duquel sont recyclés d'ex-jihadistes) et d'une aile du MAA, qui avaient défait en mai l'armée malienne à Kidal (nord-est), fief des Touaregs, lors d'une brève et violente reprise des hostilités.

Les "colombes" comptent notamment une autre aile du MAA, la CPA, qui est une dissidence du MNLA, ainsi qu'une aile des mouvements d'autodéfense "sédentaires" du nord du Mali.

La première phase des discussions de paix s'était achevée le 24 juillet à Alger par la signature d'une "feuille de route des négociations" entre Bamako et six mouvements: le MAA, la CPA, la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR), le MNLA et une aile dissidente du MAA.

Le Mali est plongé dans une profonde crise politico-militaire depuis l'offensive lancée en janvier 2012 par la rébellion touareg du MNLA et des groupes jihadistes alliés à Al-Qaïda.

Si ces groupes ont été délogés en grande partie par l'intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France et toujours en cours, le Nord du Mali reste secoué par des actions meurtrières.

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel 

crise

AFP

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

AFP

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement, bientôt la crise politique?

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement, bientôt la crise politique?