mis à jour le

Ebola: l'Institut Pasteur se mobilise contre l'épidémie

L'Institut Pasteur, fort de son réseau international, renforce sa mobilisation contre Ebola alors que l'épidémie fait rage en Afrique de l'ouest où le Liberia, complètement dépassé, appelle au secours.

Dans ce contexte d'expansion de l'épidémie "d'une gravité exceptionnelle", l'Institut Pasteur et son réseau de 32 instituts répartis dans 25 pays, et notamment en Afrique occidentale, a décidé de créer "une task force" (groupe de travail) pour coordonner et renforcer sa recherche et son expertise, a souligné mercredi le Pr Christian Bréchot, directeur général de l'Institut Pasteur (Paris), pour qui "dans les trois mois, on aura une vue plus précise de l'épidémie".

L'évaluation des tests diagnostiques et des nouveaux médicaments (ZMapp, l'antigrippal japonais Avigan...), et des vaccins éventuellement, figurent parmi les tâches multiples auxquelles l'institut entend contribuer, tout en conduisant ses propres recherches sur de nouvelles pistes thérapeutiques et vaccinales.

Pour lutter "contre la faiblesse terrible de la santé publique de cette région", il faut aussi former plus de gens sur place, a ajouté le Pr Bréchot. L'Institut Pasteur de Dakar, représenté dès mars en Guinée d'où est partie l'épidémie, va être renforcé. Il faut aussi préparer les pays qui sont pas touchés comme la Côte d'Ivoire, a renchéri le Dr Amadou Sall, responsable de l'unité Arbovirus et virus de fièvres hémorragiques (Institut Pasteur de Dakar), pour qui la fermeture des frontières ne fait que "compliquer plus les choses".

Concernant les restrictions des déplacements, la fermeture des frontières et l'interruption des vols internationaux: "il faut mettre dans la balance d'un côté l'impact économique sur les pays concernés, l'efficacité de la mesure qui ne fait souvent que retarder de quelques semaines l'inéluctable et aussi l'impact sur l'acheminement de l'aide humanitaire, qui est cruellement nécessaire", a de son côté commenté sur AFPTV le Pr Arnaud Fontanet, responsable de l'unité d'épidémiologie des maladies émergentes (Pasteur, Paris). 

 

- 'Première irruption en zone urbaine' -

 

"Dans les trois mois qui viennent, on aura une vue beaucoup plus précise des choses", a estimé le Pr Bréchot après avoir évoqué deux possibilités: une épidémie qui "reste relativement circonscrite au Liberia et en Sierra Leone. C'est dramatique mais ça va forcément s'arrêter à un moment " ou bien d'autres pays sont touchés "et là ça devient plus compliqué". 

"Il n'y a pas d'éléments pour dire que les modes de contamination ont changé", a dit le Pr Arnaud Fontanet.

En revanche "pour la première fois depuis son identification en 1976, la maladie s'est retrouvée en zone urbaine. A Conakry, et cela s'est répété ensuite en Sierra Leone et au Liberia", ajoute-t-il.

Le virus détecté en Guinée a évolué et "semble un peu moins pathogène", selon le Dr Sylvain Baize, responsable du Centre national de référence des Fièvres hémorragiques virales, qui évoque un taux de mortalité autour de 50 à 60% et "les symptômes, moins hémorragiques".

"Ce qui manque c'est le test diagnostique, rapide (...) et surtout très fiable", relève le Dr Baize. "On collabore avec l'industrie; nous avons un rôle d'expertise pour valider les tests", ajoute-t-il.

Il y a en effet encore beaucoup  de recherches à faire, par exemple sur les anticorps, les sérums de convalescents, a relevé le Dr Noël Tordo (Pasteur, Paris).

L'épidémie a fait 2.296 morts sur 4.293 cas en Afrique de l'ouest, dont 1.224 décès dans le seul Liberia, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé en date du 6 septembre. 

Le Sénégal a annoncé la guérison de l'unique cas confirmé dans le pays, un étudiant guinéen traité à Dakar.

AFP

Ses derniers articles: Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie  Présidentielle au Ghana: ce qu'il faut savoir  Ghana: briguer la présidence de l'Etat, même en fauteuil roulant 

pasteur

AFP

Zimbabwe: le pasteur et leader de la contestation ira aux Etats-Unis

Zimbabwe: le pasteur et leader de la contestation ira aux Etats-Unis

AFP

Le pasteur Evan Mawarire, chef de file "par accident" de la fronde citoyenne anti-Mugabe

Le pasteur Evan Mawarire, chef de file "par accident" de la fronde citoyenne anti-Mugabe

AFP

Zimbabwe: le pasteur anti-Mugabe poursuivi pour tentative de renversement du gouvernement

Zimbabwe: le pasteur anti-Mugabe poursuivi pour tentative de renversement du gouvernement