mis à jour le

La Libye

Le gouvernement démissionnaire libyen, exilé dans l'Est, a reconnu ne plus contrôler les ministères et services de l'Etat à Tripoli, nouvelle illustration de la dérive d'un pays livré aux milices armées et incapable de mener à bout le processus de transition politique.

Cet aveu d'impuissance vient confirmer que la capitale est désormais aux mains des miliciens -islamistes pour la plupart- qui ont chassé le 22 août, au prix de violents combats, leurs rivaux, proches du gouvernement démissionnaire, de l'aéroport situé au sud de la ville.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 après huit mois de révolte armée, les différentes milices qui l'ont combattu font la loi dans le pays plongé dans le chaos et où aucune autorité n'a réussi à rétablir l'ordre.

Dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi, le gouvernement provisoire dirigé par Abdallah al-Theni a précisé que les milices armées empêchaient sous la menace les services de l'Etat de fonctionner dans la capitale.

Ce gouvernement est chargé d'expédier les affaires courantes après avoir annoncé jeudi avoir remis sa démission au Parlement élu le 25 juin et qui siège aussi dans l'est du pays pour échapper à la pression des milices armées.

"Les sièges des ministères et des services de l'Etat à Tripoli sont occupés par des miliciens armés qui empêchent les fonctionnaires d'y accéder et menacent leurs responsables", a dit le gouvernement.

Il a ajouté "tenter d'assurer de loin la continuité de ces services en gardant le contact avec les responsables des ministères et des services de l'Etat".

M. Theni a accusé le 25 août les membres de la puissante milice de "Fajr Libya" (Aube de la Libye) venant en majorité de la ville de Misrata (est de la capitale), d'avoir incendié et pillé sa résidence dans le sud de Tripoli après avoir conquis l'aéroport de la capitale aux miliciens de Zenten (ouest).

 

- Des miliciens à l'ambassade US -

 

L'une des factions de Fajr Libya s'est installée dimanche dans l'une des annexes de l'ambassade des Etats-Unis, située pas loin de l'aéroport de Tripoli, en affirmant vouloir ainsi contrôler ce complexe évacué le 26 juillet.

Un porte-parole de la faction, la "Brigade Al-Halbous", a démenti tout envahissement du complexe par ses hommes, affirmant qu'ils se trouvaient dans l'annexe "pour le sécuriser" et empêcher qu'il ne soit pillé.

L'ambassadrice américaine Deborah Jones, réfugiée à Malte, a confirmé que seule une annexe résidentielle semble avoir été prise par des miliciens. "A ma connaissance et d'après les récentes photos, le complexe de l'ambassade américaine à Tripoli est sous bonne garde et n'a pas été saccagé".

"On a invité les missions diplomatiques à revenir à Tripoli et en attendant, nous sommes ici pour sécuriser les lieux", a déclaré l'un des membres de la milice sur les lieux.

Les Etats-Unis ont évacué tout leur personnel diplomatique de l'ambassade, qui s'était retrouvé pris depuis la mi-juillet au milieu de violents combats entre milices rivales sur la route de l'aéroport de Tripoli.

Le secrétaire d'Etat John Kerry avait alors indiqué que son pays avait "suspendu" ses opérations diplomatiques en Libye en raison d'un "risque réel".

 

- Dialogue de sourds -

 

Au plan politique, Fajr Libya et les autorités réfugiées dans l'Est -gouvernement et Parlement- se livrent à un dialogue de sourds, qui éloigne la perspective d'une relance du processus de transition politique.

Fort de son succès militaire, Fajr Libya a annoncé son intention de former un gouvernement parallèle à Tripoli après avoir remis en selle l'Assemblée sortante, le Conseil général national (CGN), dont le mandat a théoriquement expiré.

La milice accuse le nouveau Parlement de "traîtrise" et d'avoir été complice, avec le gouvernement, des raids aériens menés, selon elle, par les Emirats arabes unis, avec le soutien de l'Egypte, contre ses combattants lors des combats pour le contrôle de l'aéroport de Tripoli.

Le Parlement, quant à lui, n'a cessé de dénoncer les "exactions" des miliciens de Fajr Libya, n'hésitant pas à les qualifier de "groupe terroriste" au même titre que les jihadistes d'Ansar Asharia, bien implantés à Benghazi dans l'est du pays.

Dans ce contexte chaotique, la rentrée scolaire programmée pour dimanche n'a pas pu se dérouler normalement: elle a été reportée à Benghazi pour des raisons de sécurité et à Misrata à cause de l'état dégradé des écoles tandis qu'à Tripoli, peu d'élèves sont retournés à l'école vu l'insécurité.

AFP

Ses derniers articles: Des réfugiés sud-soudanais se disent "en sécurité" dans un camp du Darfour  Centrafrique: les Casques bleus congolais accusés d'abus sexuels vont quitter le pays  Zimbabwe: appel 

armées

AFP

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

AFP

Libye: les principales forces armées en présence

Libye: les principales forces armées en présence

AFP

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste

Le Sénégal va renforcer ses forces armées contre la menace terroriste

Libye

AFP

Plus de 900 migrants secourus au large de la Libye

Plus de 900 migrants secourus au large de la Libye

AFP

Près de 2.900 migrants secourus jeudi au large de la Libye

Près de 2.900 migrants secourus jeudi au large de la Libye

AFP

L'OIM dénonce les "marchés d'esclaves" en Libye

L'OIM dénonce les "marchés d'esclaves" en Libye

milices

AFP

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

AFP

Ghana: les milices font pression dans un climat post-électoral tendu

Ghana: les milices font pression dans un climat post-électoral tendu

AFP

Soudan du Sud: de nouvelles milices ont vu le jour

Soudan du Sud: de nouvelles milices ont vu le jour