mis à jour le

RDC: décès du général Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu

L'armée congolaise a été frappée durement dimanche par la mort du général Lucien Bahuma, chef d'état-major de la région troublée du Nord-Kivu, qui a joué un rôle clef dans les récents succès des forces loyalistes dans cette province de l'est de la RDC.

"Le général Bahuma est mort" dans un hôpital militaire de Pretoria "dans la nuit à 0h30 de l'Afrique du Sud" (22h30 GMT samedi), a indiqué à l'AFP le ministre de la Défense congolais, Alexandre Luba Ntambo.

Le général-major Jean-Lucien Bahuma Ambamba a été victime jeudi à 57 ans "d'un accident vasculaire cérébral alors qu'il assistait à une réunion mixte" d'état-major en Ouganda consacrée à la lutte contre les rebelles ougandais de l'Alliance des forces démocratiques (ADF) présents au Nord-Kivu, a ajouté le ministre.

Samedi soir, la rumeur courait à Goma, capitale de la province, qu'il avait été empoisonné.

"Cela ne me paraît pas totalement invraisemblable. Si c'est le cas, cela veut dire que rien n'est réglé" au Nord-Kivu, a déclaré à l'AFP un expert de cette région sous le couvert de l'anonymat, notant que l'accident fatal s'était produit en Ouganda, pays qui a soutenu et armé plusieurs rébellions dans l'est de la RDC.

M. Luba Ntambo a salué dans la personne du défunt "un homme absolument dévoué, un officier vaillant, quelqu'un qui s'était donné corps et âme à sa mission".

"Le général Bahuma était un grand homme", écrit le chef de la Mission de l'ONU au Congo (Monusco), Martin Kobler, sur son compte Twitter, "il manquera à la RDC ; il me manque".

Selon des sources militaires, un général a été nommé pour assurer l'intérim à la tête de la 8e région militaire congolaise jeudi. Son identité n'a pas été révélée.

 

- Résurgence du M23 ? -

 

Natif de la Province-Orientale, dans le nord-est du pays, le général Bahuma était arrivé à la tête de l'état-major du Nord-Kivu en 2012, après une succession de défaites des forces loyalistes face à la rébellion du Mouvement du 23 Mars (M23).

Sous son impulsion, les Forces armées de la RDC (FARDC), réputées jusque-là pour leur indiscipline, leur mauvaise organisation, leur capacité à fuir les combats et à maltraiter les civils, enregistrent à partir de 2013 une série de succès et finissent par venir à bout du M23 en novembre de la même année, avec l'aide de la Monusco.

Depuis lors, l'armée, qui a gagné les coeurs des habitants de la région, s'est attaquée aux ADF, présents dans le nord du Nord-Kivu, auxquels elle a porté une série de coups durs.

Elle a aussi intensifié ses offensives contre plusieurs milices congolaises de la province, que sillonnait le général pour soutenir ses hommes et constater les progrès sur le terrain.

Le général Bahuma "était pour la population du Nord-Kivu son libérateur (...) il laisse en orphelins les habitants de notre province", écrit la Société civile du Nord-Kivu dans un communiqué.

Sa mort survient alors que la France a mis en garde début août le Conseil de sécurité des Nations unies contre la possibilité d'une réorganisation militaire du M23.

Cette semaine, plusieurs médias congolais se sont inquiétés d'une telle résurgence du mouvement rebelle à partir de l'Ouganda et du Rwanda, voire au Nord-Kivu même.

La mort du général Bahuma intervient huit mois après le meurtre du colonel Mamadou Ndala, officier emblématique de la nouvelle armée congolaise.

Fait général à titre posthume, ce chef d'une unité d'élite, très populaire et auréolé de nombreuses victoires contre le M23, a été victime d'un attentat début janvier.

Dressant un parallèle entre la mort des deux hommes, la Lutte pour le changement (Lucha), "mouvement citoyen" basé à Goma, a exigé dimanche des autorités une "enquête indépendante, rapide et transparente, en vue de déterminer sans équivoque la cause et les circonstances du général Bahuma".

 

AFP

Ses derniers articles: Tchad: Déby menace de retirer ses troupes des opérations en Afrique  "Biens mal acquis": mise en examen de la fille et du gendre de Sassou Nguesso  Ghana: Farmerline, l'application qui permet aux agriculteurs de voir grand 

chef

AFP

Tanzanie: le rédacteur en chef d’un journal suspendu se dit menacé

Tanzanie: le rédacteur en chef d’un journal suspendu se dit menacé

AFP

Afrique du Sud: l'"esprit" d'un chef rebelle indigène rapatrié 200 ans après sa mort

Afrique du Sud: l'"esprit" d'un chef rebelle indigène rapatrié 200 ans après sa mort

AFP

Zambie: le chef de l'opposition sera jugé pour trahison

Zambie: le chef de l'opposition sera jugé pour trahison

décès

AFP

Décès de l'international ivoirien Cheick Tioté lors d'un entraînement

Décès de l'international ivoirien Cheick Tioté lors d'un entraînement

AFP

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

AFP

Afrique du Sud: décès d'Ahmed Kathrada, vétéran de l'anti-apartheid

Afrique du Sud: décès d'Ahmed Kathrada, vétéran de l'anti-apartheid

l'armée

AFP

Est de la RDC: sept morts dans des combats entre l'armée et une rébellion

Est de la RDC: sept morts dans des combats entre l'armée et une rébellion

AFP

Mali: cinq soldats maliens tués dans une attaque contre l'armée

Mali: cinq soldats maliens tués dans une attaque contre l'armée

AFP

Tunisie: l'armée tire en l'air pour repousser des manifestants

Tunisie: l'armée tire en l'air pour repousser des manifestants