mis à jour le

Commission électorale ivoirienne: le parti de Gbagbo divisé

Le parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo se déchire sur sa participation à la nouvelle commission électorale, chargée d'organiser la cruciale présidentielle de 2015 dans ce pays qui sort d'une grave crise, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Le Front populaire ivoirien (FPI), principale formation d'opposition au chef de l'Etat Alassane Ouattara, a finalement annoncé début août sa participation à la Commission électorale indépendante (CEI). Mais cette décision continue de susciter dans ses rangs de très vives divisions.

Lors d'une réunion du parti à huis-clos samedi, "il y a eu tellement d'incidents qu'on a dû suspendre", l'un d'entre eux ayant "failli dégénérer en bagarre", a raconté le porte-parole Frank Anderson Kouassi, un proche de Pascal Affi N'Guessan, le président du FPI.

Pascal Affi N'Guessan a décidé "seul" que le FPI participerait à la CEI, a accusé Moïse Lida Kouassi, ancien ministre de la Défense sous Laurent Gbagbo, dénonçant une "faute lourde qui appelle des sanctions lourdes".

Plus de trois ans après la sanglante crise postélectorale qui a abouti à la chute de son mentor, deux camps s'affrontent au sein du FPI.

Le premier fait de la libération de Laurent Gbagbo, détenu à La Haye dans l'attente d'un procès de la Cour pénale internationale (CPI), le coeur de la stratégie du parti, même si l'espoir d'un élargissement rapide est mince.

"Nous sommes attachés à Gbagbo. Il est le fondateur du parti auquel nous appartenons", a expliqué Moïse Lida Kouassi.

Le second camp veut que le parti s'investisse davantage dans le jeu politique et participe à la présidentielle de 2015 derrière Pascal Affi N'Guessan, qui fut Premier ministre de Laurent Gbagbo.

"Certains veulent créer le désordre. Nous pensons que la meilleure manière de restaurer le parti, c'est la négociation", a expliqué le porte-parole.

La présidentielle de 2015 est cruciale pour le pays: elle est censée parachever sa stabilisation après une décennie de tourmente et plus de 3.000 morts durant la crise de 2010-2011.

Seul le président Ouattara est pour l'instant candidat déclaré mais, pour les partenaires du pays, la participation du FPI est essentielle à la réussite du scrutin.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices  Nigeria: l'armée en guerre contre les raffineries illégales  Au Zimbabwe, l'opposition s'unit en rêvant de faire tomber Mugabe 

commission

AFP

Gambie: l'ONU dénonce l'intervention au siège de la Commission électorale

Gambie: l'ONU dénonce l'intervention au siège de la Commission électorale

AFP

Génocide: une commission rwandaise accuse 22 officiers supérieurs français

Génocide: une commission rwandaise accuse 22 officiers supérieurs français

AFP

Soudan du Sud: une commission dénonce un niveau de violences "épouvantable"

Soudan du Sud: une commission dénonce un niveau de violences "épouvantable"

Gbagbo

AFP

Côte d'Ivoire: ONG et victimes dénoncent l'acquittement de Mme Gbagbo

Côte d'Ivoire: ONG et victimes dénoncent l'acquittement de Mme Gbagbo

AFP

Côte d'Ivoire: "prison

Côte d'Ivoire: "prison

AFP

Procès de Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire: ses avocats n'assisteront pas

Procès de Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire: ses avocats n'assisteront pas