mis à jour le

À Tripoli, le 24 août 2014. REUTERS/Stringer
À Tripoli, le 24 août 2014. REUTERS/Stringer

Et pendant ce temps, en Libye, c'est toujours le chaos

Et on se demande toujours si elle va plonger dans la guerre civile ou si elle y est déjà jusqu'au cou.

Des combats ont eu lieu dans la bande de Gaza, les djihadistes de l’État islamique mettent l'Irak à feu et à sang, une pseudo-guerre voit s'affronter la Russie et l'Ukraine, une épidémie d'Ebola ravage l'Afrique de l'Ouest et de violentes émeutes ont agité la ville de Ferguson, dans le Missouri... et voilà que la Libye, aussi, est au bord de l'implosion. Et peu de monde semble l'avoir remarqué. 

Les mêmes milices qui ont renversé Mouammar Kadhafi en 2011 se livrent aujourd'hui bataille pour le contrôle du pays et de ses abondantes réserves pétrolières. Certains groupes, comme les milices de Zentan, sont relativement modérées, mais d'autres, comme celles de Misrata, se rangent derrière les islamistes.

Pour les repousser, le gouvernement ne dispose d'aucune armée et ne peut donc compter que sur ses propres milices. Si les États-Unis ont déjà soumis plusieurs projets visant à former les forces de sécurité libyennes, toutes ces initiatives sont restées lettre morte du fait d'une incapacité nationale à rassembler l'argent nécessaire à de telles formations et à mettre sur pied la bureaucratie indispensable pour les administrer. D'autres pays, dont le Maroc, la Turquie, le Royaume-Uni et l'Italie, ont pu aussi s'occuper de former certains bataillons des forces libyennes.  

Et, parallèlement, les combats n'ont cessé de gagner en violence cet été, d'où des questions récurrentes pour savoir si la Libye va bientôt plonger dans la guerre civile –ou si elle y est déjà jusqu'au cou.

Roquettes et raids aériens

Le 18 août, des avions d'une provenance au départ inconnue ont mené des raids contre des cibles islamistes de Tripoli. Et le lendemain, aux premières heures du jour, des combattants non identifiés tiraient des roquettes Grad sur un quartier cossu de la ville, tuant trois personnes. Oui, il s'agit bien du même type d'artillerie que les Russes sont accusés d'avoir utilisé à la frontière ukrainienne.

On ne sait toujours pas qui a tiré ces roquettes, mais concernant les raids aériens, les faits ont depuis été revendiqués par le général Khalifa Haftar, ancien fidèle de Kadhafi devenu révolutionnaire et adversaire acharné des islamistes. Selon Haftar, ces raids s'intègrent dans une campagne plus conséquente qui vise à s'emparer de la ville et de son aéroport, même si d'aucuns ont soulevé un lièvre en se demandant si les avions libyens étaient vraiment d’aplomb pour mener de telles attaques.

En mai, les forces d'Haftar ont lancé une offensive baptisée «Opération Dignité», une campagne éclair contre les milices islamistes de Benghazi. Peu après, Haftar a dissous le Congrès national général libyen et destitué plusieurs législateurs islamistes siégeant au gouvernement. Les succès de sa campagne contre les milices ont été ambigus, ce qui a contribué d'autant à la violence et à l'instabilité qui rongent actuellement le pays.

Les forces islamistes ont riposté par une «Opération Aube», afin d'asseoir leur contrôle de l'aéroport de Tripoli. Le gouvernement libyen n'a que peu d'emprise sur la capitale du pays et cherche actuellement à s'implanter plus à l'est, à Tobrouk.

Les Libyens ont pu voter le 25 juin pour élire une nouvelle instance gouvernementale, la chambre des députés, chargée de rédiger une constitution définitive et d'organiser des élections présidentielles d'ici 18 mois. Lors de cette élection, les laïcs ont raflé une majorité confortable face aux islamistes.

Lire la suite sur Slate.fr

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

général Haftar

Libye

Benghazi la maudite

Benghazi la maudite

Libye

Il va bien falloir quelqu'un pour diriger la Libye

Il va bien falloir quelqu'un pour diriger la Libye

kadhafi

Libye

Cinq ans après, tuer Mouammar Kadhafi était une erreur

Cinq ans après, tuer Mouammar Kadhafi était une erreur

AFP

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

AFP

La Libye toujours en crise, cinq ans après la mort de Kadhafi

La Libye toujours en crise, cinq ans après la mort de Kadhafi

Libye

AFP

Tunisie: découverte de caches d'armes

Tunisie: découverte de caches d'armes

AFP

Libye et Sarkozy: soupçons et accusations mais pas de preuves

Libye et Sarkozy: soupçons et accusations mais pas de preuves

AFP

Libération de deux Italiens et un Canadien enlevés en Libye en septembre (gouvernement italien)

Libération de deux Italiens et un Canadien enlevés en Libye en septembre (gouvernement italien)