mis à jour le

Un combattant de Zintan / REUTERS
Un combattant de Zintan / REUTERS

Il va bien falloir quelqu'un pour diriger la Libye

Les Libyens donnent aujourd’hui l’impression de ne plus savoir où donner de la tête.

Profitant du vide laissé par la faiblesse extrême de l’Etat, les miliciens ont vite fait de mettre le pays sous coupe réglée et de se partager à coups de canon sa dépouille. Le moins que l’on puisse dire est que le pays présente aujourd’hui les attributs d’un Etat de nature, pour reprendre l’expression de Thomas Hobbes, où la seule loi qui vaille est celle de la kalachnikov.

Cet environnement de non-droit n’est pas pour déplaire à la coalition islamiste regroupée au sein de l’opération «Aube de la Libye», qui en profite visiblement pour étendre son emprise politique et militaire sur l’ensemble du pays, au détriment des forces libérales et laïques regroupées autour du général Haftar.

En effet, après avoir mis 80% de Benghazi, la deuxième ville du pays et Misrata la troisième ville dans leur escarcelle, les djihadistes libyens viennent d’inscrire sur leur tableau de chasse, l’aéroport de Tripoli, au détriment de leur principale rivale de Zentan, proche du général Haftar.

Cette grosse prise des illuminés venus de Misrata, malgré les raids aériens lancés par des avions non encore identifiés contre leurs positions à Tripoli, met en évidence la puissance de feu dont ils disposent. C’est dans ce contexte que les islamistes libyens, visiblement gonflés par leurs victoires militaires, ont annoncé que l’ancien parlement, le Congrès général national où ils étaient majoritaires, reprendrait ses activités. La Libye s’achemine donc vers la mise en place de deux parlements rivaux. D’un côté, l’on a le parlement légitime, fraichement installé, où dominent les forces politiques libérales et laïques et de l’autre le congrès national général qui n’a d’autre légitimité que celle que lui confèrent les armes.

Signaux au rouge

Après s’être donné les moyens militaires pour régenter une partie du pays, l’on peut avoir l’impression que les partisans de l’opération «Aube de la Libye» veulent se donner maintenant les instruments politiques et institutionnels de la mise en place d’un califat, à travers lequel ils dérouleront leur programme de société.

De ce point de vue, l’on peut dire que la balkanisation du pays est en marche. Et ce ne sont pas les tergiversations de la communauté internationale dont l’intervention avait été sollicitée pourtant par le parlement légitime, obligé de se murer pour des raisons de sécurité à Tobrouk, très loin de Tripoli, qui vont contrarier cette marche vers la partition du pays. L’on ne doit rien non plus attendre du pouvoir fantomatique qui siège aujourd’hui à Tripoli.

L’opération «Dignité» initiée par le général Haftar, qui avait représenté une lueur d’espoir pour tous ceux qui entretenaient le rêve d’arrimer la Libye aux valeurs de la laïcité et de la modernité, semble avoir pris du plomb dans l’aile, face à l’avancée des forces de l’obscurantisme et de l’intolérance. Tous les signaux sont plus que jamais au rouge en Libye.

C’est pourquoi les ministres des Affaires étrangères des pays frontaliers de ce pays, se sont réunis hier, 25 août au Caire en Egypte, dans le but de trouver des voies et moyens pour le stabiliser. Réussiront-ils à sortir la Libye de ce bourbier? Rien n’est moins sûr.

Véritable capharnaüm

Les milices ont pris une telle longueur d’avance sur les forces loyalistes que l’espoir de voir la Libye s’en débarrasser n’est pas grand.

Mais il faut souhaiter que les voisins du pays de Kadhafi restent à son chevet aussi longtemps que nécessaire. Il y va de l’intérêt de tous car si ces milices parviennent à contrôler totalement la Libye, elles pourraient chercher à conquérir d’autres territoires voisins, l’appétit venant en mangeant.

La Libye est devenue un véritable capharnaüm et l’on ne doit pas s’étonner que ce pays qui constituait, il n’y a pas longtemps, un rempart contre l’immigration clandestine vers l’Occident, soit devenu aujourd’hui un véritable paradis pour les passeurs qui se bousculent pour proposer aux migrants la traversée de la Méditerranée. L’illustration de cette image de pays passoire qui colle désormais à la Libye, vient d’être faite avec le naufrage d’une embarcation de fortune transportant 170 migrants africains.

Ce drame est une des nombreuses conséquences de la désintégration de la Libye. Malheureusement, cette tendance est loin de s’inverser. Le salut de la Libye pourrait venir de ses voisins, emmenés par l’Egypte du général Al-Sissi. Ce dernier pourrait ne pas se gêner à voler au secours du général Haftar, pour l’aider à conjurer le péril islamiste en Libye.

Pousdem Pickou

Cet article a d’abord été publié dans LePays.bf

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

al-Sissi

AFP

Al-Sissi tente d'étendre l'influence de l'Egypte en Afrique

Al-Sissi tente d'étendre l'influence de l'Egypte en Afrique

Etat policier

Sans honte, la justice égyptienne dénonce les crimes policiers aux Etats-Unis

Sans honte, la justice égyptienne dénonce les crimes policiers aux Etats-Unis

Politique

Comment les activistes égyptiens s'organisent face à la «répression préventive»

Comment les activistes égyptiens s'organisent face à la «répression préventive»

général Haftar

Libye

Benghazi la maudite

Benghazi la maudite

Libye

Et pendant ce temps, en Libye, c'est toujours le chaos

Et pendant ce temps, en Libye, c'est toujours le chaos

kadhafi

AFP

Libye: un groupe armé dit avoir relâché le fils de Kadhafi Seif al-Islam

Libye: un groupe armé dit avoir relâché le fils de Kadhafi Seif al-Islam

Libye

Cinq ans après, tuer Mouammar Kadhafi était une erreur

Cinq ans après, tuer Mouammar Kadhafi était une erreur

AFP

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes