mis à jour le

Booba au festival de Cannes (2011) Guillaume Baptiste/AFP
Booba au festival de Cannes (2011) Guillaume Baptiste/AFP

Les rappeurs français et l’Afrique: à côté de la plaque?

Les rappeurs de la diaspora n'ont de cesse de rappeler leurs racines africaines. Mais sont-ils vraiment en phase avec le continent noir?

Le deuxième album de MokobéAfrica Forever, est sorti le 24 octobre. Quatre ans après Mon Afrique qui réunissait la crème de la musique ouest-africaine le rappeur du groupe 113 joue à nouveau à fond la carte du bled et de la double-culture.

Sur la pochette, Mokobé ouvre grand sa veste d’où s’échappe un avion vert jaune rouge «Air Mokobé». Plus bas la Tour Eiffel côtoie des symboles de l’Afrique pour le moins ruraux: des dunes de sable, une mosquée en terre et un arbre.

En 2007 le message de Mon Afrique se résumait ainsi: l’Afrique est belle, vit et s’amuse même si l’occident lui met des bâtons dans les roues. Ce cap consensuel a été maintenu sur Africa Forever si l’on en croit les premières chansons diffusées. Oulala avec la star du coupé-décalé DJ Arafat pour danser, 50 CFA pour rire en caricaturant la version africaine de 50 Cent, et Africa Forever pour songer au destin de l’Afrique :

«Ils ont jeté un voile sur notre histoire (…) Qu’ils annulent la dette d’un coup (…) Comment peut-on laisser mourir de faim le peuple somalien et toute la corne de l’Afrique pendant que le sol du continent sert de pompe à fric ?», dénonce Mokobé, décoré et hissé au rang de «Malien le plus populaire de la diaspora» par le président Amadou Toumani Touré en personne.

L'Occident, cible privilégiée des rappeurs français

L’Occident – et la France en particulier – responsable des maux de l’Afrique? Un thème que les rappeurs français développent régulièrement:

«Tous nos vestiges millénaires mais cependant ils disent que ça fait seulement 50 piges qu’on est indépendant / qu’on obéisse et qu’on se couche mec, pendant qu’ils font du biff sur la misère de l’Afrique comme Bernard Kouchner», rappe Youssoupha dans Rap franc CFA.

De père sénégalais, Booba le «Duc de Boulogne» déclarait quant à lui en 2006 à un média sénégalais que «tous les pays qui ont colonisé l'Afrique devraient réparer tout le mal qu'ils ont fait».

Et quand ils s’intéressent (tardivement) aux conditions de vie des populations arabes à l’occasion des récentes révolutions, les rappeurs français d’origine maghrébine sont tout aussi vindicatifs. Comme dans Arabia sur le dernier album de Sniper :

«Ils ne parlent jamais de misère, ne montrent que les bonnes facettes / on voit les stations balnéaires où les touristes font bronzette / ils pillent les matières premières (…) Les uns se privent quand d’autres se gavent comme des porcs, un occident paternaliste mais bien complice.»

Pendant ce temps de l’autre côté de la Méditerranée les rappeurs tentent de se débarrasser…de leurs propres dirigeants. Des rebelles-rappeurs écrivent la révolution en Libye et d’autres lui ont ouverte la voie en Tunisie en dénonçant le régime de Ben Ali. A Dakar des émeutes ont contraint, le 23 juin dernier, le président sénégalais Abdoulaye Wade à renoncer à un projet de loi visant à modifier la constitution à son avantage. L’épicentre de ce mouvement toujours actif à l’approche de la présidentielle est le collectif Y’en a marre, animé par deux rappeurs et un journaliste. Ce dernier expliquait fin juin:

«La vie est chère, les jeunes prennent des pirogues pour émigrer au péril de leur vie (…). Pendant ce temps, Wade se permet d’acheter des jets privés, de faire de son fils un super-ministre, de corrompre les gens, de gaspiller des millions dans une statue de la Renaissance… Il y a maintenant un malaise, un mal-être au Sénégal, et il en est le principal responsable.»

L'Afrique, mine d'or du rap français?

Même en parlant des Africains à la première personne du pluriel le décalage entre la perception des problèmes de l’Afrique par les rappeurs français et celle de leurs homologues africains est flagrant.

Rappeur français de parents camerounais, Lalcko se rend «tout le temps» au Cameroun. Cela lui apporte un peu de recul. Il constate sur place que «ça fait longtemps que la France en elle-même n’est plus un problème en Afrique. Un Africain qui se lève le matin avec ses soucis ne pense pas aux Français». Mais vu de France, «dès le moment où existe un «pêché originel» cela peut donner naissance à toutes les démagogies».

Dans certains de ses textes il critique autant les ex-colons que les Africains complices (Lumumba, L’argent du Vatican) mais se refuse à parler au nom des Africains:

 «En tant que rappeurs français nous avons un problème avec la France mais pas en tant qu’Africains. Nous ne sommes pas les ambassadeurs de l’Afrique, ils sont capables de faire porter leurs voix.» 

 

Dans son home-studio de Bamako recouvert de carrés de mousse, Amkoulell n’est pas surpris par la vision des rappeurs français:  

«Booba a le droit d’être en décalage. Les Africains n’attendent pas des artistes français d’origine africaine qu’ils dénoncent les problèmes africains. Le combat des rappeurs français se situent à un autre niveau qui correspond aux angoisses et aux questions que peuvent se poser les gens qui les écoutent.»

Lui n'en se prend pas à la France:

«J’ai trop de respect pour les Africains pour laisser penser qu’on n’a pas notre destin en main. Ma démarche c’est: qu’est ce que les Africains peuvent faire pour que les choses aillent mieux?» 

Ce qui l’agace en revanche ce sont les rappeurs français «qui utilisent le bled comme enseigne mais ne font rien pour le pays. Quand tu prends tu donnes. Montre que ce que tu dis dans tes textes n’est pas seulement du business».

Il leur a consacré un couplet dans l’un de ses prochain rap:

«Rien que tu parles, tu parles, tu parles des jaloux / tu parles du Mali mais-mais tu t'en fous  / c'est pratique pour faire du fric de parler de l'Afrique / money ! money ! money ! c’est ça ton trip / cette imposture va finir par se révéler / tout le monde verra quel gros mytho t’es / qu’as-tu déjà fait pour la jeunesse d’ici ? Moi j’ai donné toute ma vie au Mali (…)»

Fabien Offner

 

A lire aussi

Lhaqed, rappeur «enragé», embastillé pour lèse-majesté

Les rappeurs tunisiens ont une longueur d’avance

SMOD, du rap'n'folk militant en chemise africaine

Le rap du président-candidat Museveni

Fabien Offner

Fabien Offner. Journaliste français, spécialiste de l'Afrique de l'ouest. Il est basé à Bamako.

Ses derniers articles: Le retour en grâce de Moussa Traoré  Mali, la guerre aux mille inconnues  Ganda Koy, la milice anti-djihadiste 

Cameroun

AFP

CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun

CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun

AFP

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

AFP

Mondial-2018/Qualifs: l'Algérie piétine face au Cameroun

Mondial-2018/Qualifs: l'Algérie piétine face au Cameroun

culture

AFP

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

AFP

En Algérie, métal et rock résistent au carcan de la culture officielle

En Algérie, métal et rock résistent au carcan de la culture officielle

AFP

Le Kenya "foyer de culture bouillonnante", pas de "terreur": Kenyatta égratigne CNN

Le Kenya "foyer de culture bouillonnante", pas de "terreur": Kenyatta égratigne CNN

musique

AFP

Retour de Baaba Maal, l'explorateur de la musique sénégalaise

Retour de Baaba Maal, l'explorateur de la musique sénégalaise

Web

Google débarque à son tour sur le juteux marché du streaming musical en Afrique du Sud

Google débarque à son tour sur le juteux marché du streaming musical en Afrique du Sud

Musique

Enrico Macias veut retourner dans son Algérie natale avant la fin de sa vie

Enrico Macias veut retourner dans son Algérie natale avant la fin de sa vie