SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Le parti d'Alice au pays des merveilles

La gratuité des factures d’eau, du gaz et de l’électricité, la baguette de pain à 100 millimes (soit 0,05 euros), des légumes à moins de 500 millimes (soit 0,2 euros). Voilà, en quelques chiffres, à quoi ressemblera la Tunisie sous l'ère Bahri Jelassi, un homme d'affaires tunisien qui se lance dans la politique, rapporte Tixup.com.

Candidat pour les élections à l'Assemblée constituante du 23 octobre 2011, Bahri Jelassi affiche un programme des plus fantaisistes sur l'échiquier politique tunisien. Il promet de donner 5.000 dinars (soit 2.600 euros) à chaque personne sur le point de se marier avec en prime, un terrain de 400 m2 pour chaque Tunisien dans sa ville natale. Mais Bahri Jelassi va encore plus loin. Il annonce la construction d’un pont ou d’un tunnel entre la Tunisie et l’Italie. 

«Vous n’êtes pas avec Alice au pays des merveilles, vous êtes bien en Tunisie et ce sont certains points du projet d’un parti politique baptisé Parti Al Infitah wal Wafa (Parti de l’Ouverture et de la Fidélité)», commente le portail tunisien.

Bahri Jelassi est le secrétaire général du Parti de l'Ouverture et de la Fidélité (POF) et figure en tête de liste dans la ville d'Ariana. Il a expliqué que le ministère de l’Intérieur avait dans un premier temps refusé de lui octroyer une licence pour son parti, arguant du fait qu'il ressemblait à d’autres formations. Pourtant, force est de constater que des partis avec un programme aussi alléchant ne courent pas les rues en Tunisie. A la suite d’une plainte déposée au tribunal administratif, le parti de Jelassi a obtenu son sésame pour se constituer légalement le 19 août dernier.   

Lors du congrès constitutif du Parti de l’Ouverture et de la Fidélité, Bahri Jelassi a qualifié les autres partis tunisiens de «chevaux dont les jockeys sont français, italiens ou encore américains». Au cours de la séance, il a garanti que son parti œuvrerait à donner «les attributs d'une vie digne à tous les Tunisiens notamment les plus démunis, à préserver les acquis de la femme et à répondre aux aspirations légitimes des jeunes».

Lu sur Tixup.com