mis à jour le

Sénégal: reprise du procès de Karim Wade, un de ses partisans condamné

Le procès de Karim Wade, fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade accusé d'enrichissement illicite, a repris lundi à Dakar avec la comparution d'un de ses partisans qui a été condamné pour avoir perturbé le premier jour d'audience.

Comme au premier jour, Karim Wade, 45 ans, a été acclamé par ses partisans à son arrivée dans la salle d'audience, comble, du Palais de justice de Dakar, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dans l'assistance se trouvaient sa mère, Viviane Wade, et de nombreux responsables du Parti démocratique sénégalais (PDS), sa formation et celle de son père qui a dirigé le Sénégal douze ans (2000-2012).

Quelques huées ont aussi été entendues. La cour a commencé par examiner le dossier d'un partisan de Karim Wade, Moïse Rampino, 26 ans, accusé de "trouble à l'audience" pour avoir bruyamment protesté et traité les magistrats de "corrompus" à l'ouverture du procès, le 31 juillet.

Lundi à la barre, M. Rampino s'est présenté comme expert en gestion de projet. Il a répété que les magistrats étaient "corrompus" et a qualifié le président Macky Sall de "voleur".

Le parquet a requis deux ans de prison ferme à son encontre, la défense a demandé "une expertise médicale pour voir" s'il était "sain d'esprit", en arguant d'"un passé douloureux".

La cour a suivi les réquisitions du parquet et condamné Moïse Rampino à deux ans de prison ferme. Il sera prochainement jugé pour outrage à magistrat.

L'audience se poursuivait lundi en fin de matinée dans le dossier proprement dit.

Peu après l'arrivée de Karim Wade, une cinquantaine de personnes qui tentaient d'accéder à la salle avaient commencé à s'énerver et à scander: "Libérez Karim!", "Libérez Karim!".

Les policiers et gendarmes déployés en nombre dans et autour du Palais de justice ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser. Le calme était revenu au bout de quelques minutes.

Karim Wade est en détention préventive depuis avril 2013. Il est accusé d'avoir illégalement acquis 178 millions d'euros par le biais de montages financiers complexes du temps où il était conseiller puis ministre de son père.

AFP

Ses derniers articles: CAN-2017: la Côte d'Ivoire "est moins glamour mais reste redoutable" (Ibenge)  La Tunisie prolonge l'état d'urgence pour un mois  La grève, symbole du désespoir des médecins kényans 

partisans

AFP

Gabon: les partisans de Ping ont "peur de se faire voler leur victoire"

Gabon: les partisans de Ping ont "peur de se faire voler leur victoire"

AFP

RDC: la police refoule plusieurs milliers de partisans de l'opposant Katumbi

RDC: la police refoule plusieurs milliers de partisans de l'opposant Katumbi

AFP

RD Congo: l'opposant Katumbi se présente

RD Congo: l'opposant Katumbi se présente

procès

AFP

CPI: reprise du procès de l'un des chefs de la sanguinaire rébellion LRA

CPI: reprise du procès de l'un des chefs de la sanguinaire rébellion LRA

AFP

Tunisie: procès du meurtre de l'opposant Mohamed Brahmi reporté

Tunisie: procès du meurtre de l'opposant Mohamed Brahmi reporté

AFP

"Biens mal acquis": le procès de Teodorin Obiang reporté en juin

"Biens mal acquis": le procès de Teodorin Obiang reporté en juin

reprise

AFP

RD Congo: reprise timide des activités au lendemain de violences

RD Congo: reprise timide des activités au lendemain de violences

AFP

Côte d'Ivoire/procès Simone Gbagbo : reprise le 10 janvier

Côte d'Ivoire/procès Simone Gbagbo : reprise le 10 janvier

AFP

Tunisie: reprise des auditions des victimes de la dictature

Tunisie: reprise des auditions des victimes de la dictature