SlateAfrique

mis à jour le

Obiang, le prix qui n'aura jamais de lauréat?

L’Unesco veut «donner du temps au temps» pour décider du sort du controversé prix scientifique Obiang Nguema Mbasogo, du nom du président de Guinée Equatoriale jugé peu fréquentable par les Américains et les Européens, mais soutenu par certains pays africains.

Le Conseil exécutif du l’Unesco a réuni ses 58 membres le 4 octobre à Paris, et a décidé de créer une commission de 18 membres (3 par grande région géographique) qui devra présenter sa décision sur le sort du prix Obiang au mois d’avril 2012, selon le site SciDev.net.

Le prix international de l’Unesco-Obiang Nguema Mbasogo pour la recherche en sciences de la vie a été créé en novembre 2008 et suspendu en janvier 2010, avant même que le premier lauréat ne soit désigné. Ses détracteurs dénoncent les atteintes aux droits de l’Homme du régime guinéen dirigé par Obiang depuis 1979. Le président de l’association Sherpa, a déclaré à Pressafrik.com que ce régime est «tenu pour l’un des plus corrompu et répressif au monde». Cette position a été suivie par d’autres ONG, comme Transparence Internationale France ou Human Rights Watch.

Alors que la décision sur le sort du prix scientifique est suspendu, la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a demandé à la Guinée de retirer ce prix pour préserver la réputation de l’organisation internationale et ses bonnes relations avec la communauté scientifique. Communauté qui s'oppose à cette décoration.

Kenneth Hurwitz, le directeur d'Open Society Justice Initiative, une ONG basée à New-York qui a lancée une pétition contre cette récompense, critique la tièdeur de la position de l’Unesco: 

«L’Unesco persiste à refuser de marquer une forte opposition de principe contre ce prix qui met à l’honneur un dictateur. La seule vraie réponse à la tentative scandaleuse d’Obiang de s’auto-glorifier serait d’abolir ce prix une bonne fois pour toute. Avec l’argent qu’il verse pour cette récompense [3 millions de dollars, rappelle RFI], il pourrait créer de bons hopitaux à prix abordables et des écoles pour les citoyens équato-guinéens», a-t-il déclaré à SciDev.net.

Des représentants arabes et africains à l’Unesco et l’Union Africaine (au sein de laquelle Obiang a un siège) font toujours bloc autour du Guinéen, parfois par opposition à la suprémacie des pays occidentaux. La situation se débloquera peut-être lorsqu’Obiang cédera son siège à l’Union Africaine, en avril prochain.

En attendant une décision effective de l’Unesco, le prix Obiang Nguema Mbasogo est à nouveau suspendu, et ne désignera peut-être jamais de premier lauréat.

Lu sur SciDev.net, PressAfrik.com, RFI.fr