mis à jour le

Maroc: pour ses 15 ans de règne, Mohammed VI déplore "disparités sociales"

Le roi Mohammed VI a déploré mercredi la persistance d'importantes "disparités sociales" au Maroc en dépit des "progrès" réalisés, et appelé à une nouvelle "pause introspective", à l'occasion d'un discours marquant le 15e anniversaire de son accession au trône.

Cette célébration constitue "une opportunité" pour "procéder à un examen de conscience et nous interroger en toute franchise (...) sur ce qu'il y a lieu d'inscrire à l'actif ou au passif de la marche dans laquelle nous nous sommes engagés", a déclaré le souverain.

"Il nous a déjà été donné de procéder en 2005 à une pause introspective, incarnée par le rapport du cinquantenaire (de l'indépendance, ndlr)" et "il me paraît nécessaire de renouveler cette pause nationale", a-t-il ajouté.

Tout en évoquant les "progrès réalisés", Mohammed VI a déploré une mauvaise répartition des richesses et sollicité l'élaboration d'une étude visant à "mesurer la valeur globale du Maroc entre 1999 et fin 2013".

"Où est cette richesse?", s'est-il interrogé à l'évocation de résultats de récents rapports internationaux.

"Si le Maroc a connu des avancées tangibles, la réalité confirme que cette richesse ne profite pas à tous les citoyens", a poursuivi le souverain, qui note lors de ses "tournées" "certaines manifestations de pauvreté" et "l'ampleur des disparités sociales entre Marocains".

Pour prendre "la pleine mesure de la situation", l'étude commandée auprès du Conseil économique, social et environnemental (CESE) devra poser "un diagnostic objectif" et présenter "des recommandations pratiques", a-t-il précisé.

Plus de trois ans après les événements du Printemps arabe, le souverain a par ailleurs jugé que nul ne pouvait "nier l'évolution démocratique" du Maroc, citant en exemple la Constitution de 2011, élaborée en réponse à des manifestations.

Au Maroc, la contestation a principalement été incarnée par le 20-Février, mouvement qui continue de réclamer des réformes profondes.

Ses activités ont toutefois sensiblement décliné: les militants dénoncent une répression à leur égard, tandis que les autorités affirment que l'essentiel des revendications a été satisfait.

Adoptée à une écrasante majorité, la constitution de 2011 ouvre la voie à une série de droits nouveaux, notamment en matière d'égalité homme-femme. Elle est aussi censée renforcer les pouvoirs du gouvernement, emmené depuis début 2012 par les islamistes du parti Justice et développement (PJD), cantonnés durant des décennies dans l'opposition.

AFP

Ses derniers articles: Le village natal de Mugabe en deuil de l'enfant du pays  Le monde compte plus de 40 millions d'esclaves  Niger: trois militants innocentés après une manifestation violente 

Mohammed

AFP

Maroc: Mohammed VI appelle

Maroc: Mohammed VI appelle

AFP

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

AFP

Macron au Maroc pour une première rencontre avec le roi Mohammed VI

Macron au Maroc pour une première rencontre avec le roi Mohammed VI