mis à jour le

Des débris du vol AH2017 d'Air Algérie près de Gossi au Mali, 24 juillet 2014, REUTERS/Burkina Faso Military/Handout via Reuters
Des débris du vol AH2017 d'Air Algérie près de Gossi au Mali, 24 juillet 2014, REUTERS/Burkina Faso Military/Handout via Reuters

Le crash du AH5017 ne pouvait pas échapper à la théorie du complot

Accidentels ou non, les crashs d'avions se prêtent toujours à des théories du complot en tous genres.

Les crashs d'avion, accidentels ou non, sont toujours des occasions privilégiées pour les adeptes des théories du complot en tous genres. Les attentats du 11-Septembre sont de loin la source de conspirationnisme la plus prolifiques sur Internet, tandis qu'on se souvient du récent festival de théories fumeuses après la disparition mystérieuse du vol MH370.

Le vol AH5017 d'Air Algérie, qui s'est écrasé jeudi 24 juillet au Mali, ne fait pas exception. Une rumeur selon laquelle 33 militaires français se trouvaient à bord de l'appareil s'est propagée jusqu'à se retrouver sur les sites de médias internationalement reconnus comme le Corriere della Sera, l'International Business Times ou encore le Times of Israel.

Comment cette «information» s'est-elle retrouvée là? Il a suffit d'un étrange article publié le 26 juillet, soit deux jours après l'accident, sur le site du quotidien algérien Echorouk, citant des sources anonymes selon lesquelles «33 soldats de l'armée française qui étaient au Mali et en Afrique, parmi lesquels trois officiers supérieurs des services de renseignement français» se trouvaient à bord du vol, ainsi qu'un «leader du Hezbollah se faisant passer pour un homme d'affaires».

Bonne nouvelle, aucun grand site français n'a relayé cette information impossible à vérifier. Mais d'autres s'en sont chargés ailleurs. 

Comme le souligne Jean-Dominique Merchet sur son blog Secret Défense ce mardi, ni la DGSE, ni les Armées n'ont souhaité «réagir officiellement à cette rumeur, afin de ne pas l'alimenter». Le ministère de la Défense n'a pas répondu à nos sollicitations non plus.

Lire la suite sur Slate.fr

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: La ville du Cap n'a plus que 100 jours de réserve d'eau  En Côte d'Ivoire, le gouvernement interdit la vente de cartes SIM aux moins de 16 ans  Les citoyens africains ont davantage confiance en leurs leaders religieux qu'en la justice 

Air Algérie

Turbulences

Nos compagnies aériennes ne sont pas les pires au monde

Nos compagnies aériennes ne sont pas les pires au monde

Burkina Faso

Putsch

Qui est le Mogho Naaba, au centre des négociations au Burkina Faso?

Qui est le Mogho Naaba, au centre des négociations au Burkina Faso?

Coup d'Etat

Quand le Président du Burkina Faso se réfugie à l'ambassade française, symbole du passé colonial

Quand le Président du Burkina Faso se réfugie à l'ambassade française, symbole du passé colonial

Burkina Faso

Le retour d'exil de Mariam Sankara, un symbole fort pour le Burkina Faso

Le retour d'exil de Mariam Sankara, un symbole fort pour le Burkina Faso

DGSE

GuinéeLeaks

Guinée: un coup d'Etat en marche?

Guinée: un coup d'Etat en marche?

group promo consulting

La DGSE a le « droit » d’espionner ton Wi-Fi, ton GSM et ton GPS aussi

La DGSE a le « droit » d’espionner ton Wi-Fi, ton GSM et ton GPS aussi

MAROC

Patrick Ramaël, ce juge qui agace la Françafrique

Patrick Ramaël, ce juge qui agace la Françafrique