mis à jour le

Un manifestant à Tunis, le 20 janvier 2011. REUTERS/Finbarr O'Reilly
Un manifestant à Tunis, le 20 janvier 2011. REUTERS/Finbarr O'Reilly

Les versets de la Révolution

«Je suis un père comblé. Fier de mes enfants qui ont exaucé mes vœux. Un vœu cher, qui coûte très cher. Ils se sont immolés, électrocutés, ouverts les veines, lacérés. Ils sont morts, criblés de balles réelles, pour que vive les pères humiliés.»

Je suis aux anges. Je plane. Je kiffe. Vous êtes mes bulles de l’ivresse. Champagne.

Je suis un père comblé. Fier de mes enfants qui ont exaucé mes vœux. Un vœu cher, qui coûte très cher. Ils se sont immolés, électrocutés, ouverts les veines, lacérés. Ils sont morts, criblés de balles réelles, pour que je redresse mon échine courbée, pour que vive les pères humiliés. Ils se sont levés un matin décembriste et ils ont dit à leurs aînés: «Nous allons à la mort! On n’en veut plus de cette vie de chien que même les moins qu’un chien ne veulent point.» Ils ont défié, forcé le destin pour arracher au vol un vécu d’humain. Pour que soit Athawra, la Révolution.

Je suis un père compagnon de route de ces enfants de la balle qui ont terrassé l’hydre. Je ne les ai pas délaissés lorsqu’ils étaient orphelins. Je suis un père devant ses enfants comme un soldat qui salue son général. Ils ont réussi ce que je n’ai jamais osé imaginer. Ils ont accompli l’inouï. Ils ont touché dans leur vol la porte du trône.

Je suis un père en pleurs devant ces gamins qui ont toisé l’histoire. Je vivais la préhistoire politique, sociale et culturelle, la préhistoire noire et moyenâgeuse tout court, et eux m’ont fait pénétrer, resquiller dans l’histoire, l’histoire postmoderne. L’histoire de ceux qui se sont appropriés leur destinée, leur histoire. L’histoire des bâtisseurs, des conquérants, des citoyens du XXIe siècle, siècle de l’Internet, des téléphones mobiles, des paraboles, des consoles de jeux, du rap.

Le peuple des chababs [la jeunesse, en arabe], ces kids de Charlie Chaplin, moquent et rient Ubu roi comme un McMurphy. Il s’est réveillé un après-midi dans la vallée fertile des fainéants, sans le sou mais toujours debout.

Je ne vais pas le «rendormir» avec mes craintes, mes handicaps, mes peurs de quinquagénaire. Ce n’est pas que je suis devenu subitement courageux, mais parce que je suis fatigué d’être peureux. Mon peuple, le peuple de mes enfants est un marcheur. Ils marchent… Ils marchent sur les ronces de la vieillesse. Je ne sais pas où il va, où il me mène, mais je le suis, derrière, et j’approuve ses enjambées de colosse. Ils n’ont pas peur du large. Ils tiennent le cap. Ils sont déjà de l’autre côté de la palissade, là-haut sur la montagne noire, le Monténégro, qui cache dans ses entrailles une émeraude blanche, d’un blanc lumineux. Ils me hèlent: un peu plus d’effort père… tu verras la lumière de la liberté.

Mes mômes ont fait marcher des villes entières; Tala, Sidi Bouzid, Kasserine, Jendouba, Gafsa, Tataouine… Ils ont fait voler en éclat les mythes et les symboles du système de la peur: la Dakhilia, le ministère de l’Intérieur, Carthage, le palais du Rais, et le RCD, le parti-Etat. C’est lui le peuple des chababs, de la jeunesse qui a écrit l’épopée de Tunis, ville ouverte, un certain janvier 2011. Sur l’avenue Président Habib Bourguiba, la plus prestigieuse de Tunis, je vous voyais marcher, cogner, grogner comme un superbe félin. Un puma affamé, en manque de liberté.

Ô peuple tigré, que vous êtes beau et rusé, mes beaux et forts enfants. «Comment un pareil jet d’eau pourrait-il être tari? Comment la mort pourrait-elle abattre un lutteur si rusé?», blasphémait l’écrivain grec Nikos Kazantzakis.

Maintenant que le jour se lève, je viens te dire, Mohamed Bouazizi, mon enfant sans filiation, que je vais partir. Je baise ta main, je baise ton épaule droite, je baise ton épaule gauche, je baise ton front, je baise la terre de tes sœurs et frères, je m’accroupis et le psalmodie:

Ne vois-tu pas que Dieu pousse les nuages

Et les amoncelle en masse.

Et tu vois l’averse sortir de leurs flancs.

Il fait tomber du ciel ces montagnes de grêle.

Il frappe qui il veut, et garde qui il veut.

Peu s’en faut que l’éclair n’emporte les yeux.

Quel bon bout de chemin tu as parcouru. Que la paix t’accompagne Mohamed Bouazizi, la promesse et le promis. Fais que la chance soit dans tes pas! Ô géant!

Taoufik Ben Brik

A lire aussi

Les partis islamistes tentent d'instaurer une dictature

Où vas-tu Tunisian girl?

La révolution ne fait que commencer

«Jasmin, mon cul!»

La France fait ses valises

Les versets de la Révolution

Tunisie, la révolution trahie

Tunisie: la révolution confisquée par le triumvirat

Jours ordinaires d’un internaute tunisien

Taoufik Ben Brik a déclaré le 20 janvier à SlateAfrique qu'il serait «le premier président de la Tunisie indépendante et révolutionnaire». Il est le deuxième candidat déclaré à la prochaine présidentielle tunisienne après Moncef Marzouki, médecin, opposant démocrate de longue date du régime de Ben Ali.

Taoufik Ben Brik

Journaliste et écrivain tunisien, il a publié de nombreux ouvrages, notamment Le rire de la Baleine.

Ses derniers articles: La Tunisie n'a rien oublié du 14 janvier  Adieu à la démocratie  La deuxième révolte de Sidi Bouzid 

jeunesse

Développement

Les 10 pires pays pour les jeunes sont tous situés en Afrique

Les 10 pires pays pour les jeunes sont tous situés en Afrique

AFP

Présidentielle au Bénin: la jeunesse a du mal

Présidentielle au Bénin: la jeunesse a du mal

AFP

Ouganda: la jeunesse a fait son deuil des promesses du président Museveni

Ouganda: la jeunesse a fait son deuil des promesses du président Museveni

Maghreb

AFP

Les journalistes du Maghreb "sous haute tension", selon RSF

Les journalistes du Maghreb "sous haute tension", selon RSF

Vacances

PHOTOS. Sur les plages maghrébines, le burkini côtoie le bikini

PHOTOS. Sur les plages maghrébines, le burkini côtoie le bikini

AFP

Fibules, bagues, colliers: les bijoux du Maghreb brillent

Fibules, bagues, colliers: les bijoux du Maghreb brillent

révolution

AFP

Des milliers de Libyens célèbrent le 6e anniversaire de la révolution

Des milliers de Libyens célèbrent le 6e anniversaire de la révolution

AFP

L'Egypte depuis sa révolution de 2011 en dix dates

L'Egypte depuis sa révolution de 2011 en dix dates

AFP

Tunisie: 6e anniversaire la révolution sur fond de contestation sociale

Tunisie: 6e anniversaire la révolution sur fond de contestation sociale