mis à jour le

Madagascar: deux journalistes accusés de diffamation restent en prison

Un tribunal d'Antananarivo a refusé mercredi de libérer deux journalistes malgaches accusés de "diffamation publique et délit de presse" après la publication d'une lettre de lecteur accusant trois ministres d'être impliqués dans un trafic de bois de rose, en attendant le verdict vendredi.

"Le procès d'aujourd'hui (mercredi) s'est bien déroulé, le verdict sera pour vendredi. (...) Nous, les avocats, nous avons demandé la liberté provisoire pour les deux prévenus, mais le tribunal a rejeté notre demande", a raconté l'avocat des deux journalistes, Vivier Raoelson.

Le procès s'est déroulé à huis-clos, après qu'une partie de l'assistance eut hué le représentant des plaignants. 

Jean-Luc Rahaga et Didier Ramanoelina, respectivement directeur de la publication et rédacteur en chef du quotidien Madagascar Matin, encourent de six mois à deux ans de prison ferme et le journal risque un mois de suspension après la publication, le 12 juillet, d'une lettre de lecteur accusant trois ministres d'être impliqués dans les trafics de bois de rose, espèce protégée en voie d'extinction.

"Le directeur de la publication (de Madagascar Matin) a nié jusqu'à la fin être au courant de l'existence de cette lettre et de l'insertion de cette lettre de lecteur dans le journal", a précisé Me Raoelson.

"J'ai déposé une plainte en tant que personne, parce que ma dignité a été bafouée", avait expliqué lundi à la télévision nationale, Rivo Rakotovao, l'un des trois ministres cités dans la lettre. 

"Comment osez-vous dire dans le journal que je suis un voleur? C'est injuste", avait lancé ce ministre proche du président Hery Rajaonarimampianina, pour justifier son choix d'aller directement en justice au lieu de se contenter de demander un démenti.

Une cinquantaine de journalistes avaient manifesté mardi à Antananarivo pour demander la libération de leurs deux confrères, menaçant de boycotter toute information venant du gouvernement.

Le bois de rose est au coeur d'un trafic prohibé, essentiellement destiné à l'Asie. Hery Rajaonarimampianina avait fait de la fin de ces lucratives exportations illégales l'une de ses priorités quand il est arrivé au pouvoir en janvier.

AFP

Ses derniers articles: Maroc: fin de cavale pour le leader de la contestation dans le Rif  Le centre nucléaire de Kinshasa se meurt sous bonne garde  Côte d'Ivoire/mutinerie: un proche de Guillaume Soro de nouveau entendu 

diffamation

AFP

France Télé accusé de diffamation par une société liée au groupe Bolloré

France Télé accusé de diffamation par une société liée au groupe Bolloré

AFP

Egypte/homosexualité: six mois de prison pour diffamation pour une journaliste

Egypte/homosexualité: six mois de prison pour diffamation pour une journaliste

AFP

Mozambique: verdict le 16 septembre dans le procès de l'économiste poursuivi pour diffamation

Mozambique: verdict le 16 septembre dans le procès de l'économiste poursuivi pour diffamation

journalistes

AFP

Maroc: nouveau report du procès de sept journalistes

Maroc: nouveau report du procès de sept journalistes

AFP

Les journalistes du Maghreb "sous haute tension", selon RSF

Les journalistes du Maghreb "sous haute tension", selon RSF

AFP

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

prison

AFP

Ethiopie: un opposant condamné

Ethiopie: un opposant condamné

AFP

Attaque de la prison de Kinshasa : une commission enquête annoncée

Attaque de la prison de Kinshasa : une commission enquête annoncée

AFP

RDC: la prison de Kinshasa attaquée, un chef rebelle évadé

RDC: la prison de Kinshasa attaquée, un chef rebelle évadé