mis à jour le

Des ONG dénoncent l'opacité du négoce du pétrole africain en Suisse

Trois ONG suisses et américaine ont dénoncé lundi la position "hégémonique" des sociétés de négoce suisses impliquées dans les ventes de pétrole par les gouvernements africains, des transactions "opaques" qui représentent des dizaines de milliards de dollars.

"Il n'y a aucune transparence sur où va l'argent lié à ces ventes de pétrole alors que les montants sont faramineux", a déclaré à l'AFP Marc Guéniat de la Déclaration de Berne, une des ONG auteur, avec Swissaid et le Naturel Resource Governance Institute, d'un rapport publié à Lausanne et Berne.

Entre 2011 et 2013, ces sociétés suisses "se sont aménagées une part de marché de 25% sur le segment très opaque du pétrole mis en vente" dans le monde par les États sub-sahariens et les compagnies publiques, écrivent les ONG.

Cette part de marché représente 55 milliards de dollars et "l'intégralité du produit de ces ventes n'atterrit pas dans les caisses des États", a ajouté M. Guéniat.

Ces contrats de négoce ne sont pas publiés.

Dans certains cas, ces sociétés sont dans une situation de monopole. Ainsi, les sociétés suisses de négoce dominent nettement les exportations au Cameroun, au Gabon, en Guinée équatoriale, au Nigeria ainsi qu'au Tchad, selon le rapport. 

Au Tchad, l'une d'elles, Glencore, a acquis, en 2013, 100% de la part étatique du pétrole pour une valeur correspondant à 16% du budget national de ce pays, l'un des plus pauvres de la planète. 

En Guinée équatoriale, les ventes de pétrole national effectuées par les firmes suisses Arcadia, Glencore, Trafigura et Vitol se sont élevées à plus de 2,2 milliards de dollars en 2012, un montant égal à 36% des recettes de cet État, considéré comme l'un des plus corrompus au monde.

Le PIB de la Guinée Equatoriale, grâce au pétrole, est "proche de celui d'un pays membre de l'UE alors que son niveau de pauvreté réel est catastrophique. On peut alors se poser la question" de savoir où va l'argent du pétrole, a encore indiqué M. Guéniat.

 

-'première étude détaillée'-

 

"Les ventes de pétrole brut par les gouvernements et leurs compagnies nationales sont l'un des secteurs les moins étudiés de la gouvernance du secteur pétrolier, il s'agit de la première étude détaillée sur ce sujet", ont écrit les auteurs.

Ils se sont concentrés sur 10 pays d'Afrique sub-saharienne exportateurs de pétrole: Angola, Cameroun, Congo (Brazzaville), Côte d'Ivoire, Gabon, Ghana, Guinée équatoriale, Nigeria, Soudan du Sud et Tchad.

"Entre 2011 et 2013, les gouvernements de ces pays ont vendu plus de 2,3 milliards de barils de pétrole, représentant plus de 250 milliards de dollars, soit environ 56% de leurs recettes publiques", selon le rapport d'une trentaine de pages.

Les auteurs ont voulu donner un coup de projecteur sur les transactions qui passent par la Suisse et ses sociétés de négoce installées en toute discrétion à Genève, Zoug ou Lugano.

Les sociétés suisses ont acheté entre 2011 et 2013 plus de 500 millions de barils de pétrole, représentant 55 milliards de dollars.

Selon les ONG, de tels paiements devraient s'effectuer en toute transparence en raison de leur énorme ampleur. Cependant, "dans la plupart des cas examinés", une telle transparence a "fait défaut".

Devant cette situation, les ONG demandent aux pays producteurs d'adopter des règles assurant "l'intégrité dans la sélection des acheteurs, et la fixation du prix de vente". En outre, les ONG demandent que les pays publient les noms des sociétés qui achètent le pétrole étatique.

En juin dernier, la Suisse a demandé plus de transparence dans le secteur des matières premières, mais uniquement pour les entreprises faisant de l'extraction. Le négoce en est exclu.

Pour les ONG, le gouvernement suisse a préféré que "la Suisse demeure une oasis réglementaire pour les négociants".

En tant que "pays hôte de la première place de négoce des matières premières au niveau mondial, la Suisse peut et doit prendre ses responsabilités", indiquent les auteurs du rapport.

Si le négoce continue à être exclu de la transparence, "les transactions faramineuses réalisées entre firmes suisses et gouvernements africains demeureront secrètes", conclut le rapport.

Quelque 570 sociétés de négoce de matières premières sont installées en Suisse, et emploie 10.500 personnes, selon les derniers chiffres publiés.

 

AFP

Ses derniers articles: CAN: la RD Congo manque sa revanche sur la Côte d'Ivoire mais se rapproche des quarts  Bombardement au Nigeria: nouveau bilan de 90 morts, pourrait atteindre les 170  Gambie: des troupes sénégalaises attendent des ordres 

Africain

AFP

CAN: Renard, monument africain sous pression

CAN: Renard, monument africain sous pression

AFP

Joueur africain de l'année: Aubameyang, Mahrez et Mané finalistes

Joueur africain de l'année: Aubameyang, Mahrez et Mané finalistes

AFP

L'international algérien Mahrez élu joueur africain de l'année par la BBC

L'international algérien Mahrez élu joueur africain de l'année par la BBC

ONG

AFP

Mali: une Française dirigeant une ONG d'aide

Mali: une Française dirigeant une ONG d'aide

AFP

Burundi: adoption d'un projet de loi pour contrôler les ONG

Burundi: adoption d'un projet de loi pour contrôler les ONG

AFP

Soudan du Sud: les Casques bleus mis en cause par une ONG

Soudan du Sud: les Casques bleus mis en cause par une ONG

pétrole

AFP

Anti-corruption au Gabon: l'ex-ministre du Pétrole en prison

Anti-corruption au Gabon: l'ex-ministre du Pétrole en prison

AFP

Nigeria: grève des salariés du pétrole et du gaz

Nigeria: grève des salariés du pétrole et du gaz

AFP

Gabon: nouveau ministre du Pétrole sur fond de chutes des recettes

Gabon: nouveau ministre du Pétrole sur fond de chutes des recettes