mis à jour le

Mali: les groupes armés en position de force aux négociations d'Alger

Les groupes armés maliens vont entamer "en position de force" mercredi à Alger les négociations avec le gouvernement de Bamako en vue d'un accord de paix, et la marge de manoeuvre pour un consensus "est étroite", a estimé mardi un diplomate algérien.

"Après la grande défaite de l'armée malienne" qui a perdu 50 soldats dans le nord du pays en mai, "les mouvements armés occupent maintenant presque les deux tiers du territoire" et "viennent à Alger en position de force", a confié à des journalistes cette source sous le couvert de l'anonymat.

Selon elle, la marge de manoeuvre d'Alger qui abrite les négociations "est étroite" afin de "trouver un consensus pour le partage du pouvoir" entre "d'un côté, les mouvements qui veulent une autonomie du nord du Mali et un statut particulier qui leur permet de gérer leurs affaires" et de l'autre un "gouvernement, ouvert à toute idée en dehors de l'indépendance".

Ces négociations à Alger sont les premières à rassembler l'ensemble des parties prenantes au conflit depuis celles qui avaient abouti à un accord intérimaire le 18 juin 2013 à Ouagadougou, au Burkina Faso, ayant ouvert la voie à la tenue d'élections présidentielle et législatives.

Elles vont se dérouler en "trois phases", selon l'ancien Premier ministre malien Modibo Keïta, représentant du chef de l'Etat pour le dialogue inclusif inter-malien: "Valider une feuille de route des négociations", puis "négociations proprement dites (...) pour aller au fond des problèmes et obtenir un pré-accord" avant la signature d'un accord de paix définitif.

"Le président Ibrahim Boubacar Keïta est convaincu que seule l'Agérie peut faire bouger les choses. C'est un fait inédit qu'un pays demande à un autre de s'associer à la gestion d'une partie de son territoire", a analysé le diplomate.

Selon lui, "la situation n'a pas bougé depuis dix mois" et "c'est ce qui a amené le gouvernement malien à solliciter l'Algérie".

Mais, a-t-il ajouté, "la situation est très complexe" car "il ne faut  pas perdre de vue que le Mali n'a pas les moyens de surveiller son terrroire de 1,2 million de km², l'un des dix pays les moins avancés au monde".

AFP

Ses derniers articles: Burundi: Face au dialogue bloqué, Mkapa veut un sommet de l'EAC  Le pape appelle  Somalie: 14 morts dans l'explosion d'une voiture piégée 

armes

AFP

Centrafrique: 20 tués en six jours d'affrontements entre groupes armés

Centrafrique: 20 tués en six jours d'affrontements entre groupes armés

AFP

Mali: une religieuse colombienne enlevée par des hommes armés

Mali: une religieuse colombienne enlevée par des hommes armés

AFP

Soudan du Sud: l'ONU votera vendredi concernant un embargo sur les armes

Soudan du Sud: l'ONU votera vendredi concernant un embargo sur les armes

négociations

AFP

Mozambique: reprise des négociations de paix sans les médiateurs

Mozambique: reprise des négociations de paix sans les médiateurs

AFP

RDC: l'opposant historique Tshisekedi meurt en pleines négociations politiques

RDC: l'opposant historique Tshisekedi meurt en pleines négociations politiques

AFP

Maroc: les négociations pour former un gouvernement dans l'impasse

Maroc: les négociations pour former un gouvernement dans l'impasse