SlateAfrique

mis à jour le

La fille de Ben Ali condamnée à 2 ans de prison

Depuis la chute du régime de Zine el Abidine Ben Ali, président déchu de la Tunisie, la chasse aux membres de son clan est ouverte. Nesrine Ben Ali, fille de l'ancien dictateur tunisien, est de nouveau dans le collimateur de la justice. Le 1er octobre, le juge du tribunal de Première instance de Tunis a condamné par contumace la jeune femme de 25 ans à deux ans d’emprisonnement et à payer une amende de 2.000 dinars (environ 1.000 euros), rapporte Mediaterranee. Nesrine Ben Ali, épouse de l’homme d’affaires Sakher El Materi, est accusée de détention et de consommation de drogue. Elle avait fui le pays le 14 janvier dernier avec son époux ainsi que le clan Ben Ali. Le couple est aussi inculpé pour d’autres affaires dont la corruption, le trafic d’objets archéologiques et le détournement de fonds.

La semaine précédente, une cour de Tunis avait également condamné par contumace le beau-frère de Ben Ali, Belhassen Trabelsi, à quinze ans de prison pour corruption.

Nesrine Ben Ali, a déjà été condamnée par contumace à huit années de prison et à verser 50 millions de dinars (environ 26 millions d’euros) d’amende pour une affaire d’acquisition de terrain illicite, rapelle le site d’informations tunisien Business News.

En janvier dernier, les câbles diplomatiques américains rendus publics par Wikileaks faisaient un portrait sans concession de la fille de Zine el Abidine Ben Ali et Leïla Trabelsi. Ainsi, l'ambassadeur américain à Tunis de l'époque, Robert Godec, évoquait le «matérialisme arrogant» du clan Ben Ali à travers Nesrine Ben Ali. Le télégramme diplomatique américain raconte une soirée passée par le représentant des Etats-Unis avec le couple. L’homme d’affaires, El Materi, est qualifié de «vain et avec peu de finesse», tandis que la fille du président déchu, Nesrine, est jugée «naïve et dans le brouillard». L’ambassadeur livre les détails de l’entrevue et parle d’une rencontre tape-à-l’œil.

«L’opulence dans laquelle vivent El Materi et Nesrine ainsi que leur comportement expliquent pourquoi ils sont comme les autres membres de la famille Ben Ali, rejetés, voire haïs, par les Tunisiens. Les excès de la famille Ben Ali continuent», concluait-il.

Lu sur Mediaterranee, Business News