mis à jour le

Camp d'isolement des personnes suspectées d'Ebola, Kampala (Ouganda) / REUTERS
Camp d'isolement des personnes suspectées d'Ebola, Kampala (Ouganda) / REUTERS

Ce qui pose problème dans la lutte contre Ebola

L'une des clés contre le virus de la fièvre hémorragique est l'abandon des soins funéraires. Une affaire compliquée pour les familles.

Il faudra plusieurs mois pour venir à bout de la maladie dans les foyers déclarés, en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, d’où la nécessité de mettre en place une stratégie de prévention. Cela passe par l’abandon de certaines pratiques comme la manipulation des cadavres.

Mais comment peut-on empêcher des populations de faire les funérailles de leurs morts? Là est une des difficultés, en plus du fait de certains esprits qui mettent en doute l’existence même de la maladie. Or, Ebola, en plus d’être extrêmement contagieux, est plus virulent que le VIH parce qu’il peut tuer en trois ou quatre jours là où le VIH met plusieurs mois, voire des années à se déclarer.

Voilà pourquoi il est absolument impératif de ne pas baisser la garde, de rester vigilant. Cela dit, il faut donc travailler à circonscrire et à maîtriser la maladie avant qu’elle ne se propage davantage.

Mais de quels moyens dispose l’Afrique, aujourd’hui, pour combattre Ebola? Peu de moyens, vu qu’il n’y a ni médicaments ni vaccin. Face au manque de produits curatifs et de vaccins, l’information et la sensibilisation apparaissent comme une priorité, une arme de premier plan contre Ebola. Aussi est-il nécessaire de bien communiquer pour être efficace dans l’action. Autrement, l’on court le risque d’avoir l’effet inverse comme le démontre le témoignage du ministre guinéen de la Santé, Rémy Lamah, pour qui, on ne peut pas passer le temps à dire que la maladie est incurable et demander aux patients d’aller à l’hôpital. Ces derniers préfèrent mourir à la maison ou s’en remettre au guérisseur traditionnel.

Il faut donc revoir la stratégie de communication, et explorer de nouveaux canaux pour faire la sensibilisation la plus large possible, au besoin auprès des chefs traditionnels en tant que relais, avec des messages porteurs.

Par ailleurs, la lutte contre Ebola vient poser, une fois de plus, la problématique de la recherche en Afrique. Tout porte à croire que tant que l’Occident n’est pas durement frappé par une épidémie, il laisse l’Afrique se débattre seule. Mais quand on connaît la portion congrue des budgets qui sont alloués à la recherche en Afrique, il y a lieu de se demander si le combat n’est pas perdu d’avance. Pas par faute de chercheurs sur le continent, mais par manque de moyens financiers et d’équipements. C’est le lieu de dénoncer la politique de l’urgence dans laquelle excellent bien des gouvernants, qui donnent l’illusion de s’occuper des problèmes des populations, mais une fois l’émotion passée, relèguent leurs problèmes aux oubliettes.

L’Afrique doit rompre avec ces pratiques qui ont tout l’air d’un pilotage à vue. Sinon, à ce rythme, ce n’est pas demain la veille que se dessinera l’espoir d’une victoire sur Ebola. Au contraire, il faudrait plutôt craindre une plus large propagation de la maladie, avec la résurgence de nouveaux foyers.

Outélé Keita

Cet article a d’abord été publié dans LePays.bf

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée  En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales 

Afrique de l'Ouest

provoc'

La blague de Koffi Olomidé sur Ebola qui a mal tourné

La blague de Koffi Olomidé sur Ebola qui a mal tourné

Ebola

Il faut militariser la lutte contre Ebola

Il faut militariser la lutte contre Ebola

plan de lutte

L'Afrique entre en guerre contre Ebola

L'Afrique entre en guerre contre Ebola

fièvre hémorragique

Ebola

Bienvenue en enfer

Bienvenue en enfer

Ebola

Les invisibles de la lutte contre Ebola

Les invisibles de la lutte contre Ebola

Psychose

Ebola: personne n'est à l'abri nulle part

Ebola: personne n'est à l'abri nulle part

Guinée

AFP

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

AFP

"Biens mal acquis": le fils du président de Guinée équatoriale sera jugé en France

"Biens mal acquis": le fils du président de Guinée équatoriale sera jugé en France

AFP

Guinée équatoriale: Obiang, le fils du président renvoyé en procès

Guinée équatoriale: Obiang, le fils du président renvoyé en procès