mis à jour le

Le Nigérian Joseph Yobo aux prises avec le Français Olivier Giroud, 30 juin 2014 / REUTERS
Le Nigérian Joseph Yobo aux prises avec le Français Olivier Giroud, 30 juin 2014 / REUTERS

Mondial 2014: Les vraies raisons de l'échec de l'Afrique

Il va falloir une fois pour toute résoudre les problèmes de gouvernance qui entourent les équipes.

Le miracle n’a pas eu lieu. Les Aigles du Nigeria et les Fennecs d’Algérie, les derniers représentants du continent africain au mondial, n’ont pas franchi le cap des huitièmes de finale. Ils ont dû tirer leur révérence à l’issue du dur combat qui les a opposés respectivement à la France et à l’Allemagne.

Quand on sait le passé footballistique de ces grandes nations de football que sont la France et l’Allemagne, on peut affirmer que les derniers représentants de l’Afrique à cette phase de la compétition n’ont pas démérité. Les Aigles du Nigeria et les Fennecs algériens ont donné le meilleur d’eux- mêmes en jouant leur va-tout. Il va sans dire que l’expérience est la chose qui a le plus manqué aux équipes africaines à ce stade de la compétition.

En effet, le Cameroun, le Sénégal et le Ghana sont les seules formations du continent à détenir le plus grand palmarès jamais atteint par une équipe africaine en coupe du monde, pour avoir atteint les quarts de finale qu’ils ont respectivement joués en 1990, 2002 et 2010.

L’inexpérience des équipes nigériane et algérienne a dû être pour beaucoup dans leur élimination. Cela est d’autant plus vrai qu’elles ont parfois dominé les matchs avant de les perdre. Il faut dire aussi qu’à l’exception des Lions indomptables du Cameroun, toutes les équipes africaines ont été vaincues sur un score étriqué, le plus souvent avec un but de différence ou parfois un match nul. Ce niveau, les formations africaines le doivent aux championnats de haut niveau, notamment européens. Ce sont donc les mêmes adversaires et coéquipiers des compétitions européennes en clubs qui se côtoient bien souvent sur le terrain et se connaissent parfois très bien.

S’il est vrai que l’inexpérience a joué contre l’Afrique, force est cependant de reconnaître que la participation africaine, de façon générale, a été en deçà des attentes. Sur 5 représentants, aucun n’a atteint le dernier carré. Il est plus que temps pour les équipes africaines de dépasser l’idéal de Coubertin pour qui, «l’essentiel est de participer».

Quand on va à une compétition, c’est pour la gagner. Après avoir atteint les quarts de finale à trois reprises, figurer dans le carré d’as, voire remporter le trophée devait être le principal objectif des équipes africaines.

Toutefois, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Le bilan mitigé des représentants africains à la fête du ballon rond pourrait en partie s’expliquer par les sempiternels problèmes qui entourent leur participation à ces grandes compétitions, notamment la question des primes, bref de la mal gouvernance des dirigeants sportifs que les représentants du continent renvoient à la face du monde. Car quoi qu’on dise, cet environnement moral déteint inévitablement sur la prestation des joueurs.

Cela dit, il appartient à l’Afrique de tirer les leçons de sa participation à ce mondial 2014 pour en corriger les failles et se préparer pour les prochaines compétitions. C’est ainsi qu’on peut rêver un jour de remporter le trophée mondial. En tout cas, l’Afrique a tout à gagner, en débarrassant ses équipes des tares qu’elles traînent depuis bien trop longtemps. C’est en ayant le courage de se remettre en cause que le continent reviendra plus fort à la prochaine coupe du monde

Thierry Sami Sou

Cet article a d'abord été publié dans LePays.bf

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Algérie

AFP

Macron en Algérie pour "une nouvelle relation" apurée du passé

Macron en Algérie pour "une nouvelle relation" apurée du passé

AFP

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

AFP

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie

Fennecs

AFP

Africains d'Europe: Slimani et Mahrez, Fennecs des surfaces

Africains d'Europe: Slimani et Mahrez, Fennecs des surfaces

AFP

Mondial: après l'Allemagne, les supporteurs des Fennecs rêvent des Bleus

Mondial: après l'Allemagne, les supporteurs des Fennecs rêvent des Bleus

One, Two, Thre, viva l'Algérie!

Qualification historique

Qualification historique

gouvernance

Alerte

Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola

Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola

LNT

Gouvernance locale de Casablanca : Tsunami royal …

Gouvernance locale de Casablanca : Tsunami royal …

Déficit

Le mythe de l'Algérie riche, c'est terminé

Le mythe de l'Algérie riche, c'est terminé