mis à jour le

Soudan: les rebelles bombardent le chef-lieu du Kordofan-Sud

Les rebelles dans la région soudanaise du Kordofan-Sud ont bombardé le chef-lieu de cette province samedi dans le cadre d'une "contre-offensive" contre un secteur dont les forces gouvernementales ont dit avoir repris le contrôle début juin.

Un habitant de la zone a confirmé le bombardement.

"Deux roquettes ou obus de mortier ont été tirés sur la ville de Kadougli par le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N)", a dit à l'AFP cet habitant qui a requis l'anonymat.

Il n'a pas été possible dans l'immédiat d'obtenir un bilan de ces violences.

"Notre artillerie a bombardé des positions militaires dans la ville de Kadougli", ainsi que dans les secteurs de Daldako et Al-Hamra, aux abords de la localité, ont de leur côté affirmé les rebelles du SPLM-N dans un communiqué.

L'attaque sur Kadougli est survenue alors que les rebelles ont lancé une offensive contre les forces gouvernementales contre la région d'Al-Atmur, à l'est de Kadougli, a indiqué le SPLM-N, ajoutant que les rebelles avaient détruit un char.

Les combats se sont intensifiés au cours des derniers mois, les Forces armées soudanaise annonçant le 6 juin avoir "libéré" Al-Atmur.

Le résident de Kadougli a dit à l'AFP qu'il entendait les combats qui avaient commencé vers 06H00 (03H00 GMT) et se sont poursuivis pendant près de quatre heures.

"L'artillerie lourde a été utilisée par les deux parties", a-t-il ajouté.

Le porte-parole de l'armée soudanaise n'a pu être joint dans l'immédiat.

Comme c'est le cas pour le Darfour (ouest) depuis 11 ans, un conflit oppose depuis trois ans au Kordofan-Sud le pouvoir aux rebelles qui s'estiment politiquement et économiquement marginalisés par le régime du président Omar el-Béchir.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), les civils continuent de faire les frais de ces combats "avec davantage de personnes déplacées et de structures civiles touchées dans les secteurs tenus par le SPLM-N".

Le SPLM-N bombarde régulièrement Kadougli depuis fin 2012, des attaques qui ont fait des victimes civiles, selon le gouvernement. 

Mercredi, Amnesty International a jugé que les raids aériens de l'armée soudanaise sur le Kordofan-Sud pourraient s'inscrire dans le cadre d'une tentative d'affamer la population de cette région.

Un haut responsable du parti au pouvoir, Rabbie Abdelatti Ebaid, a lui expliqué que le gouvernement, qui a la responsabilité de protéger la population civile, cherchait à établir la paix et la sécurité dans la région.

Le Soudan a imposé des restrictions sévères aux déplacements des organisations d'aide humanitaire dans le Kordofan-Sud depuis le début des combats entre les forces soudanaises et les rebelles du SPLM-N en juin 2011.

AFP

Ses derniers articles: Algérie: une directrice d'un journal "asphyxié" par l'Etat cesse sa grève de la faim  Les scénarios possibles de la sortie de Mugabe  Bousculade meurtrière au Maroc: les familles pleurent les victimes 

rebelles

AFP

RDC: affrontements entre armée et rebelles ougandais

RDC: affrontements entre armée et rebelles ougandais

AFP

RDC: découverte de 26 corps, victimes des rebelles ougandais

RDC: découverte de 26 corps, victimes des rebelles ougandais

AFP

Côte d'Ivoire: mouvements d'humeur d'anciens rebelles dans deux villes

Côte d'Ivoire: mouvements d'humeur d'anciens rebelles dans deux villes