SlateAfrique

mis à jour le

Décès de l'otage française des milices islamistes somaliennes

Mise à jour du 19 octobre 2011: Le ministère des Affaires Etrangères français a annoncé aujourd'hui la mort de Marie Dedieu, l’otage française enlevée au Kenya le 1er octobre dernier. Des milices shebabs somaliennes avaient kidnappé la sexagénaire, handicapée et souffrant de graves pathologies, dans sa maison située dans l’archipel de Lamu, dans le nord du Kenya. Les bandits avaient réussi à s’enfuir en Somalie. Le porte-parole de la diplomatie française n'a pas précisé la date ou les circonstances du décès de la Française.

***

Dans l’archipel de Lamu, au nord du Kenya, c’est la panique chez les professionnels du tourisme. Leurs clients désertent progressivement le site. L’enlèvement de la Française Marie Dedieu dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre a eu un effet immédiat sur les touristes. La fuite.

La femme âgée de 66 ans s’était installée dans l’archipel de Lamu, il y a une quinzaine d’années. Elle partage sa vie avec John Lepapa, un Kenyan, raconte le site de RFI. Après un accident, Marie Dedieu avait perdu sa mobilité et se déplaçait sur un fauteuil roulant. Ce qui ne l’empêchait pas d’assister à tous les évènements de la vie locale, tient à préciser un habitant de l’île de Manda, où Marie Dedieu avait fait construire une villa traditionnelle.

La nuit du drame, Marie Dedieu a été enlevée par une dizaine d’hommes armés, des Somaliens selon les autorités kényanes. Cet enlèvement suscite à la fois l’inquiétude des autorités françaises et l’ire des habitants de la région, dont la majorité vit du tourisme. Et l’équation est simple: pas de tourisme sans stabilité.

Personne ne s’y attendait dans un archipel connu pour sa tranquillité. Le Daily Nation revient sur un temps où les propriétaires des hôtels n’investissaient pas dans un dispositif sécuritaire sophistiqué, où les villas et les résidences n’avaient pas besoin d’agents armés ou de policiers pour veiller à la protection des hôtes de l’archipel. Ce temps est révolu. L’enlèvement de Marie Dedieu plonge le secteur touristique dans la tourmente. Côté français, les services secrets ont annoncé, dimanche 2 octobre, qu’ils allaient participer aux recherches. L'otage française, se trouverait actuellement à Ras Kamboni, un port du sud de la Somalie, aux mains des shebab, les milices islamistes.

Il y a trois semaines, une Britannique avait été enlevée au Kenya et aurait été transférée en Somalie. Le sort de Marie Dedieu suscite d'autant plus d'inquiétudes que la Française suit un traitement médical qui l'oblige à prendre des médicaments toutes les 4 heures.

Lu sur Daily NationRFI