mis à jour le

Niger: une vingtaine d'arrestations dans un présumé trafic de bébés avec le Nigeria

Une vingtaine de personnes, dont des épouses de personnalités nigériennes, ont été arrêtées depuis lundi au Niger dans le cadre du démantèlement d'un trafic présumé de nouveaux-nés venant du Nigeria voisin, connu pour ses "usines à bébés".

"Plus d'une vingtaine de personnes, en majorité des femmes, sont interpellées depuis lundi dans le cadre d'une enquête internationale relative à un trafic de bébés", a indiqué une source policière à l'AFP.

Dix-huit d'entre elles ont été inculpées pour "supposition d'enfant" (un délit qui consiste à attribuer la maternité d'un enfant à une femme qui n'en a pas accouché, NDLR), "faux et usage de faux" et "déclaration mensongère", a-t-on appris de source judiciaire.

Treize autres ont été relaxées, de même source, tandis que les auditions, débutées en début d'après midi, se poursuivaient encore à 23H00 locales (22H00 GMT), a constaté l'AFP.

"C'est un trafic triangulaire Nigeria-Bénin-Niger. L'enquête est menée depuis plusieurs mois par les polices de ces trois Etats voisins", a souligné la source policière.

Parmi les personnes interpellées figurent une des épouses du président du Parlement, Hama Amadou, le principal opposant au président Mahamadou Issoufou, et celle de l'actuel ministre d'Etat à l'Agriculture, Abdou Labo, a-t-elle précisé.

Des agents de l'état-civil et des agents de santé sont également arrêtés, de même source.

"Le réseau concerne plutôt des femmes ou leurs épouses qui n'arrivent pas à avoir d'enfants et qui ont recours aux trafiquants", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

"Les bébés, dont des jumeaux", viennent du Nigeria et transitent par le Bénin, a précisé cette source.

Certaines personnes soupçonnées ont commencé à être déférées mercredi matin devant le parquet, a indiqué la source policière.

L'affaire, révélée par le bi-hebdomadaire +L'évènement+, n'était jusqu'à présent qu'une "rumeur", a commenté Mariama Moussa, présidente de l'ONG +SOS femmes et enfants victimes de violences+.

"Personne n'a vu où ces bébés ont été achetés. Maintenant que l'Etat a pris l'affaire en main, la vérité va certainement être révélée et la justice tranchera. Nul n'est au dessus de la loi", a-t-elle réagi, proposant la mise en place de "tests ADN" pour "s'enquérir de la vérité".

Ce scandale interpelle alors que le Niger fait face à la plus forte fécondité au monde. Avec 7,6 enfants par femme, ce pays très pauvre, dont la population croît de manière exponentielle, s'expose à une surpopulation à moyen terme qu'il ne pourra supporter.

 

        - Esclavage -

"Nous avons plein d'enfants ici. Ceux qui en veulent peuvent en adopter. C'est plus honorable que d'entrer dans un trafic illicite", a réagi Mohamed Anmansour, cadre de l'ONG Timidria, spécialisée dans la lutte contre l'esclavage.

Des "usines à bébés", sortes de cliniques privées accueillant des femmes enceintes avant de vendre leurs bébés, sont régulièrement démantelées au Nigeria.

Des cas de viols ont déjà été rapportés, mais il s'agit le plus souvent de jeunes femmes confrontées à des grossesses non désirées, qui s'y rendent d'elles-mêmes ou suite à des pressions de leur entourage, selon les autorités du Nigeria.

Les nouveaux-nés sont vendus plusieurs milliers d'euros, les garçons valant plus cher que les filles. Les mamans, elles, reçoivent quelques centaines d'euros.

En avril 2012, la police nigériane avait découvert un faux orphelinat dont les bébés étaient destinés à la vente pour des rituels de magie noire, au cours desquels ils auraient pu être torturés ou sacrifiés.

Le trafic d'êtres humains est le troisième crime le plus répandu au Nigeria, derrière la fraude et le trafic de drogue, selon les Nations unies.

Des jeunes filles arrivent également au Nigeria en provenance du Niger, d'où elles sont originaires. 

"Celles qui sont considérées comme serviles sont prises pour servir des familles (nigérianes). Elles sont utilisées comme des esclaves. On abuse d'elles", se désole M. Anmansour, de l'ONG Timidria, qui qualifie ce trafic de "monnaie courante".

Des cas d'esclavage internes au Niger ont également été relevés, comme fin mai, lorsqu'un homme âgé de 63 ans, a été condamné à quatre ans de prison dans l'ouest du Niger, pour avoir pris "une femme esclave", adulte à l'époque des faits, comme "cinquième épouse".

 

AFP

Ses derniers articles: Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants  Les tribulations d'un aviateur casse-cou au Soudan du Sud  Casques bleus soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique: le Gabon et le Burundi promettent des sanctions 

bébés

AFP

Bénin: le combat des maternités contre la transmission du sida aux bébés

Bénin: le combat des maternités contre la transmission du sida aux bébés

Santé

Comment des SMS ont sauvé des milliers de bébés au Rwanda

Comment des SMS ont sauvé des milliers de bébés au Rwanda

AFP

Un ex-ministre poursuivi pour trafic de bébés candidat

Un ex-ministre poursuivi pour trafic de bébés candidat

Nigéria

AFP

CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun

CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun

AFP

Pétrole: le Nigeria peut-il sortir de la récession?

Pétrole: le Nigeria peut-il sortir de la récession?

AFP

Le Nigeria s'enfonce dans la crise, la popularité du président Buhari aussi

Le Nigeria s'enfonce dans la crise, la popularité du président Buhari aussi

trafic

AFP

Bénin: l'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon impliqué dans un trafic de drogue présumé

Bénin: l'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon impliqué dans un trafic de drogue présumé

AFP

Kenya: libération conditionnelle d'un Britannique accusé de trafic de cocaïne

Kenya: libération conditionnelle d'un Britannique accusé de trafic de cocaïne

AFP

Kenya: un "baron" du trafic d'ivoire condamné

Kenya: un "baron" du trafic d'ivoire condamné