mis à jour le

Libye: scrutin crucial dans l'espoir de mettre fin

Les Libyens ont commencé à voter mercredi pour élire un nouveau Parlement, destiné à conduire une nouvelle étape de transition et à rétablir l'ordre dans un pays en proie aux violences depuis la chute du régime Kadhafi en 2011.

L'affluence était faible à l'ouverture des bureaux à Tripoli et la circulation fluide en ce jour décrété férié. Un important dispositif de sécurité a été mis en place dans les bureaux de vote, avec des policiers postés aux entrées.

Seuls 1,5 million de Libyens se sont inscrits pour le scrutin contre plus de 2,7 millions en 2012, sur 3,4 millions d'électeurs. Ils pourront déposer leur bulletin dans une urne des quelque 1.600 bureaux de vote ouverts dans le pays.

Les bureaux sont ouverts de 08H00 (06H00 GMT) à 20H00 (18H00 GMT), et les résultats définitifs sont attendus dans "plusieurs jours", selon une source à la Haute commission électorale (Hnec).

Les Libyens sont appelés à élire les 200 membres de la future Chambre, qui doit remplacer le Congrès général national (CGN, Parlement), la plus haute autorité politique et législative, dont la légitimité est contestée.

Le CGN a été élu en juillet 2012 lors du premier scrutin libre de l'histoire du pays, après plus de quarante ans de dictature sous le régime de Mouammar Kadhafi.

Il a été accusé toutefois d'avoir contribué à l'instabilité dans le pays à cause des luttes d'influence entre blocs parlementaires libéraux et islamistes, appuyés par des milices armées.

AFP

Ses derniers articles: Le Botswana interdit les exportations d'ânes, très prisés en Chine  Maroc: le Premier ministre "attristé" par les violences  Le "Zoulou blanc" Johnny Clegg fait ses adieux au public 

scrutin

AFP

Kenya: 5 millions d'électeurs supplémentaires pour le scrutin d'août

Kenya: 5 millions d'électeurs supplémentaires pour le scrutin d'août

AFP

Le Lesotho aux urnes pour un scrutin législatif incertain

Le Lesotho aux urnes pour un scrutin législatif incertain

AFP

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement un mois après le scrutin

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement un mois après le scrutin