mis à jour le

Kerry en Egypte pour plaider pour la démocratie

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry plaide dimanche pour la démocratie en Egypte auprès du président Abdel Fattah al-Sissi, l'ex-chef de l'armée qui a destitué l'islamiste Mohamed Morsi, au moment où Washington a débloqué le tiers de sa substantielle aide militaire à son grand allié arabe, gelée après le coup de force de l'armée.

Au cours de cette visite surprise de quelques heures, celle du plus haut responsable américain depuis l'investiture à la présidence de M. Sissi il y a deux semaines, M. Kerry doit notamment s'entretenir avec le chef de l'Etat égyptien, qui a prêté serment il y a deux semaines, des craintes de Washington au sujet de la répression de l'opposition et des "tactiques" du gouvernement qui, selon les Etats-Unis, "divisent" la société égyptienne.

Cette visite intervient au lendemain de la confirmation de 183 condamnations à mort par un tribunal du centre de l'Egypte, dont celle du chef de la confrérie des Frères musulmans de M. Morsi, le Guide suprême Mohamed Badie. Ces peines capitales ont été prononcées sur fond de répression sanglante et implacable des pro-Morsi et notamment de sa confrérie, déclarée "terroriste" et interdite, qui a fait en près d'un an plus de 1.400 morts et quelque 15.000 arrestations.

A l'occasion de cette visite, des responsables américains ont annoncé que Washington avait débloqué 572 millions de dollars d'aide à l'Egypte il y a une dizaine de jours après avoir obtenu le feu vert du Congrès. Cette tranche représente un tiers de la substantielle aide américaine à son grand allié arabe --1,5 milliard de dollars, dont quelque 1,3 en aide militaire-- qui avait été gelée en octobre, l'administration américaine la conditionnant à la mise en place de réformes démocratiques après la destitution et l'arrestation par l'armée en juillet 2013 du président Morsi, le premier chef de l'Etat élu démocratiquement du pays.

En avril, des responsables américains avaient annoncé que la reprise de l'aide était prévue, notamment la livraison de 10 hélicoptères Apache pour appuyer l'armée égyptienne qui fait face à des attaques revendiquées par des insurgés jihadistes quasi-quotidiennement dans la péninsule désertique du Sinaï. Mais les 10 hélicoptères sont toujours aux Etats-Unis, ont précisé dimanche ces responsables.

 

- Questions régionales -

 

L'Egypte, seul pays arabe avec la Jordanie à avoir signé un traité de paix avec Israël, occupe par ailleurs une place stratégique dans la région et y est de longue date un allié stratégique des Etats-Unis. La porte-parole du département d'Etat, Jen Psaki, a indiqué que M. Kerry évoquerait également les violences "en Irak, en Syrie, en Libye ainsi que les relations israélo-palestiniennes et les menaces extrémistes et terroristes auxquelles nous faisons tous face".

M. Sissi a été élu en mai avec 96,9% des voix après avoir éliminé toute opposition de la scène politique, islamiste ou laïque et libérale. Dans la foulée, la semaine dernière, un nouveau gouvernement a prêté serment, principalement composé de membres du précédent gouvernement intérimaire sous la direction d'Ibrahim Mahlab, maintenu à son poste de Premier ministre.

M. Kerry a reconnu que la transition en Egypte était dans "un moment critique" et exprimé le souhait de son pays de "travailler étroitement" avec le nouveau gouvernement. 

Des responsables américains se sont dit inquiets "que certaines tactiques utilisées pour régler les questions de sécurité divisent" la société, les autorités "radicalisent d'une certaine manière un pan de la société égyptienne, ce qui n'est pas tenable pour la stabilité globale", a estimé un responsable américain.

"Nos relations sont anciennes (...) et reposent sur plusieurs piliers. Elles traversent un passage difficile en ce moment, c'est exact, et nous avons de vraies craintes sur le climat politique" en Egypte, a-t-il estimé, citant notamment "l'absence d'un espace pour l'opposition, les procès de masse et les condamnations à mort".

En novembre, l'Egypte a promulgué une loi restreignant le droit de manifester et plusieurs figures de la révolte de 2011 qui renversa le président Hosni Moubarak sont désormais en prison en vertu de ce texte controversé.

Après le Caire, M. Kerry doit s'envoler à Amman.

AFP

Ses derniers articles: Champs pétroliers: le Ghana n'a pas violé les droits ivoiriens  Congo: mission du FMI  Libye: les kadhafistes peuvent être inclus dans le processus politique 

démocratie

AFP

Présidentielle kényane annulée: la presse salue la "maturation" de la démocratie

Présidentielle kényane annulée: la presse salue la "maturation" de la démocratie

AFP

Tunisie: un parti islamiste radical appelle

Tunisie: un parti islamiste radical appelle

Politique

Kabila, un "obstacle" à la démocratie pour l'opposition

Kabila, un "obstacle" à la démocratie pour l'opposition

Egypte

AFP

MTV lance en Egypte et en Inde sa série sur l'éducation sexuelle

MTV lance en Egypte et en Inde sa série sur l'éducation sexuelle

AFP

Le pape en Egypte auprès des coptes meurtris par des attentats

Le pape en Egypte auprès des coptes meurtris par des attentats

AFP

Trump loue le "travail fantastique" du président Sissi en Egypte

Trump loue le "travail fantastique" du président Sissi en Egypte