mis à jour le

Mondial: la presse nigériane proteste contre Boko Haram

Les journalistes nigérians qui couvrent le Mondial ont protesté contre les attentats du groupe islamiste Boko Haram en portant un t-shirt sur lequel on pouvait lire "Le monde uni contre Boko Haram", vendredi à Cuiaba, où les Super Eagles devaient affronter la Bosnie.

Cette initiative fait suite à l'attentat à la bombe qui a fait 21 morts parmi une foule qui suivait sur un écran géant le match de la Coupe du monde entre le Brésil et le Mexique mardi à Damaturu, dans le nord du Nigeria.

Au moins dix autres personnes ont été tuées samedi dans des raids menés par des membres présumés de Boko Haram près des villages où les islamistes ont enlevé plus de 200 jeunes filles en avril, ont déclaré des dirigeants locaux.

"Nous pensons qu'il est très important de porter ses t-shirts. Nous sommes plus de trente ici et tout le monde a le t-shirt", a déclaré à l'AFP, Steven Alabi Akimjidi, un des journalistes nigérians, qui travaille pour la télévision.

"Nous pourrions porter ces t-shirts en revenant chez nous, mais pas dans les régions où opère Boko Haram", a-t-il ajouté.

"Dans le nord, pour le moment, les gens continuent à aller voire les matches. Ces individus (Boko Haram) frappent et puis s'enfuient, alors les gens continuent à sortir et à prendre du bon temps", a-t-il expliqué.

Le sélectionneur du Nigeria Stephen Keshi et ses joueurs ont respecté une minute de silence pendant leur entraînement mercredi en hommage aux victimes.

Boko Haram considère que le football est utilisé par les Occidentaux pour éloigner les Musulmans de la religion.

haram

AFP

Kanu, Diouf et les stars africaines en faveur des victimes de Boko Haram

Kanu, Diouf et les stars africaines en faveur des victimes de Boko Haram

AFP

Nigeria: Boko Haram tente un assaut contre un poste militaire, des morts

Nigeria: Boko Haram tente un assaut contre un poste militaire, des morts

AFP

Nigeria: documents d'identité pour les déplacés de Boko Haram

Nigeria: documents d'identité pour les déplacés de Boko Haram

presse

AFP

Algérie: la presse privée, née il y a 30 ans, craint pour sa survie

Algérie: la presse privée, née il y a 30 ans, craint pour sa survie

AFP

Macron dit "bye bye

Macron dit "bye bye

AFP

Algérie: Bouteflika exhorte la presse

Algérie: Bouteflika exhorte la presse