mis à jour le

L'homme d'affaires Michel Tomi va être présenté

L'homme d'affaires Michel Tomi, figure de l'industrie du jeu en Afrique, va être présenté vendredi à un juge qui enquête sur du blanchiment de fraude fiscale présumé et sur ses liens avec le président malien, a annoncé son avocat.

"La position de mon client est simple. Il est Franco-Gabonais, il ne réalise pas un centime de chiffre d'affaires en France", a déclaré à l'AFP son avocat Me Jean-Dominique Lovichi.

Interpellé mercredi matin dans un appartement parisien, Michel Tomi est visé par une enquête pour des faits présumés de blanchiment de fraude fiscale, d'abus de bien social et de corruption d'agent public étranger.

"Il est très difficile de concevoir une fraude fiscale pour quelqu'un qui paie l'intégralité de ses impôts au Gabon", a estimé Me Lovichi qui a prévenu que son client poursuivrait "toute atteinte à son honneur et à sa considération, notamment l'utilisation du qualificatif +parrain+ qui ne repose sur aucune réalité". 

Interrogé sur les liens entre Michel Tomi et le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, Me Lovichi a réfuté tout fait de corruption: "On a le droit d'être ami avec un chef d'Etat étranger. Il n'a pas de contrat particulier au Mali", a poursuivi l'avocat. 

"Sur l'abus de bien social, les sociétés de mon client sont de droit étranger", a ajouté Me Lovichi.

Selon une source proche du dossier, les enquêteurs étudient depuis juillet 2013 le patrimoine et le train de vie de Michel Tomi et de plusieurs personnes de son entourage. 

Ils tentent notamment de démêler l'écheveau de sociétés écrans dont ils soupçonnent que l'homme d'affaires est l'ayant-droit véritable.

 

juge

AFP

Macron juge "ridicule" la polémique concernant sa plaisanterie sur Kaboré

Macron juge "ridicule" la polémique concernant sa plaisanterie sur Kaboré

AFP

Soudan: le chef d'une milice du Darfour sera jugé par une cour militaire

Soudan: le chef d'une milice du Darfour sera jugé par une cour militaire

AFP

Zimbabwe: la justice juge légal le coup de force de l'armée

Zimbabwe: la justice juge légal le coup de force de l'armée