mis à jour le

Maroc:

Les légendes africaines Johnny Clegg et Youssou N'Dour ont rendu un hommage festif au héros de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela, dimanche soir à Fès, la capitale spirituelle du Maroc, où se tient la 20e édition du "Festival des musiques sacrées".

Le jour même où la famille de l'ex-président sud-africain annonçait la fin de sa période de deuil, plusieurs milliers de personnes ont participé à ce vibrant hommage musical dans le cadre grandiose de la cité idrisside, dont l'ancienne médina figure au patrimoine de l'humanité.

"Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme": le spectacle a débuté par un moment de recueillement, avec la lecture du poème "Invictus" de William Ernest Henley, que Mandela avait coutume de réciter en prison.

Mais une fois Johnny Clegg sur scène, le public métissé de "Dar Makina" --ancienne manufacture à la porte néo-classique monumentale-- n'a pas tardé à faire la fête et dansé sur les rythmes du "zoulou blanc".

"Merci pour cet hommage à un grand homme qui a joué un rôle important dans ma vie et dans celle du monde", a conclu en français l'artiste de 61 ans, après avoir interprété "asimbonanga", tube planétaire des années 80 dédié à Nelson Mandela alors qu'il était emprisonné à Robben Island.

L'hommage s'est fait encore plus festif avec Youssou N'Dour, un habitué des "musiques sacrées", le doyen des festivals marocains qui fête son 20e anniversaire (13-21 juin).

 

 - "Concrétiser ses convictions" -

 

Le chanteur sénégalais a été rejoint un temps par Johnny Clegg pour interpréter son titre "Nelson Mandela", écrit en 1985 après des heures passées à Dakar "à regarder les informations sur l'apartheid aux JT avec (sa) mère".

Les deux artistes ont alors mêlé leurs chansons consacrées au premier président noir de l'Afrique du sud.

"A cet instant, on a vraiment eu l'impression que l'image de Nelson Mandela planait sur la scène", a déclaré à l'AFP Michel Pautel, un Français venu à Fès pour l'occasion, au terme de ce double concert de trois heures.

"C'était un superbe spectacle avec deux grands artistes et  un public enthousiaste (...). Quant à Mandela, c'est quelqu'un qui est parvenu à concrétiser ses convictions en mettant fin à l'apartheid et en devenant président, sans ranc½ur. Il méritait ce bel hommage", a-t-il ajouté.

Deux Forums du festival sont aussi consacrés à l'ex-chef d'Etat sud-africain, en présence de personnalités parmi lesquelles l'ancien ministre français Jack Lang, actuel président de l'Institut du monde arabe, et l'ambassadrice palestinienne auprès de l'UE, Leila Shahid.

"Cette musique extraordinaire, c'est le plus bel hommage, et c'est très beau aussi de le rendre dans un pays dont +les racines sont en Afrique et le feuillage en Europe+, comme le disait Hassan II", a déclaré à l'AFP Mme Shahid, présente dimanche soir dans le public.

Nelson Mandela est décédé le 5 décembre 2013 à l'âge de 95 ans. Dimanche, ses proches ont annoncé que leur période de deuil avait pris fin, six mois après l'inhumation de l'ancien président.

AFP

Ses derniers articles: Gambie: une semaine après, le président Jammeh rejette les résultats  Côte d'Ivoire: Serge Aurier désigné meilleur footballeur de l'année  Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix 

hommage

AFP

France-Côte d'Ivoire: minute de silence en hommage

France-Côte d'Ivoire: minute de silence en hommage

AFP

Sénégal: hommage unanime

Sénégal: hommage unanime

AFP

Le Togo rend hommage

Le Togo rend hommage

Mandela

AFP

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

AFP

Un agent de la CIA affirme avoir contribué

Un agent de la CIA affirme avoir contribué