mis à jour le

Libye: au moins huit morts dans de nouveaux affrontements

Des combats ont opposé  dimanche les forces du général dissident Khalifa Haftar à des groupes islamistes à Benghazi, dans l'est de la Libye, faisant au moins huit morts et quinze blessés, selon des sources médicales et militaires.

Ces affrontements figurent parmi les plus violents signalés depuis le 16 mai, lorsque le général Haftar a lancé une offensive destinée selon lui à éradiquer les "groupes terroristes" implantés dans l'Est. Les heurts avaient alors fait au moins 76 morts.

Les combats de dimanche ont fait au moins cinq morts et 12 blessés, parmi les forces paramilitaires de Haftar, selon un bilan de l'hôpital d'Al-Abyar, à 70 km au sud-ouest de Benghazi.

Les groupes islamistes ne soignent pas leurs blessés dans les hôpitaux publics et communiquent rarement sur leurs victimes. Mais dimanche, ils ont déploré deux morts et des blessés dans un raid aérien sur le quartier général du groupe islamiste de Rafallah Al-Sahati, a indiqué à l'AFP un de leurs commandant sous couvert de l'anonymat. 

Deux hôpitaux de Benghazi ont fait état de leurs côté de un mort, dont l'identité n'a pas été révélée, et trois blessés dont deux civils de nationalité soudanaise. 

Les forces paramilitaires de Khalifa Haftar ont lancé tôt dimanche une offensive terrestre et ont mené des raids aériens contre les banlieues ouest de Sidi Fradj et d'Alhawari, fiefs des groupes islamistes, dont Ansar Asharia, classé organisation terroriste par Washington.

Des tirs à l'arme lourde ont été entendus dans ces régions, tandis que des familles fuyaient les zones de combats, selon des témoins.

Les combats ont provoqué une coupure d'électricité dans une grande partie de la ville, durant une dizaine d'heures.

Selon la Compagnie d'électricité, une centrale électrique a été endommagée par des roquettes. Des techniciens ont réussi à réparer les dégâts, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la compagnie, Lotfi Ghoma.  

Dimanche soir, les combats ont cessé, mais des tirs intermittents étaient toujours entendus depuis le centre de la ville, selon un correspondant de l'AFP.

Depuis le lancement de l'opération "Dignité" le 16 mai, les forces du général Haftar s'étaient contentées de mener des raids aériens éclairs sur des positions présumées de groupes islamistes armés.

Le général dissident affirme régulièrement que son opération "se poursuit" et qu'elle a porté un coup dur aux groupes radicaux. Mais ses détracteurs islamistes minimisent l'impact de ces opérations et l'accusent de bombarder des sites civils.

Accusé par les autorités de transition de mener un "coup d'Etat", le général Haftar assure que son objectif ultime est d'"éradiquer le terrorisme" et de former une "armée nationale".

AFP

Ses derniers articles: Scandale après la nomination de Mugabe comme ambassadeur de l'OMS  Crise au Togo: un mort de plus  Rwanda: un comité antitorture de l'ONU interrompt sa visite en raison d'"obstacles" 

affrontements

AFP

RDC: affrontements entre armée et rebelles ougandais

RDC: affrontements entre armée et rebelles ougandais

AFP

Nigeria: au moins 20 morts dans des affrontements communautaires

Nigeria: au moins 20 morts dans des affrontements communautaires

AFP

Centrafrique: affrontements meurtriers dans le Sud-Est

Centrafrique: affrontements meurtriers dans le Sud-Est

Benghazi

AFP

Libye : mandat d'arrêt de la CPI contre un commandant de Benghazi

Libye : mandat d'arrêt de la CPI contre un commandant de Benghazi

AFP

Libye: Khalifa Haftar

Libye: Khalifa Haftar

AFP

Libye: le maréchal Haftar annonce sa victoire face aux jihadistes

Libye: le maréchal Haftar annonce sa victoire face aux jihadistes

morts

AFP

Somalie: au moins 358 morts dans l'attentat de Mogadiscio

Somalie: au moins 358 morts dans l'attentat de Mogadiscio

AFP

Togo : trois morts dans des heurts avec les forces de l'ordre (opposition)

Togo : trois morts dans des heurts avec les forces de l'ordre (opposition)

AFP

Togo: quatre morts dans des heurts entre manifestants et forces de l'ordre

Togo: quatre morts dans des heurts entre manifestants et forces de l'ordre