mis à jour le

RDC-Rwanda: nouveau tirs d'armes lourdes

Des tirs d'armes lourdes ont retenti jeudi matin pendant une trentaine de minutes à la frontière entre le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC), au lendemain d'affrontements entre soldats de ces deux pays, selon des sources congolaises.

Après une nuit calme, les détonations ont repris vers 08H00 (06H00 GMT) pour cesser environ une demi-heure après, ont indiqué un habitant et un responsable administratif de la zone de Kanyesheza, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu (est de la RDC).

"Il y a des détonations d'armes lourdes, de (mitrailleuses), de roquettes", avait indiqué à l'AFP cet habitant, sous le couvert de l'anonymat, peu après le déclenchement des tirs.

Il a estimé qu'il s'agissait d'affrontements entre soldats des Forces armées de la RDC (FARDC) et troupes rwandaises. Un autre habitant et le responsable local ont affirmé pour leur part que le Rwanda avait ouvert le feu sur le territoire congolais, mais que l'armée congolaise n'avait pas riposté.

Les Rwandais "viennent d'attaquer nos positions. Je suis en train d'organiser les troupes, il n'y a pas de problème", a indiqué à l'AFP, sans plus de précision, un officier supérieur congolais présent sur les lieux, qui a également requis l'anonymat.

Un habitant de Kanyaruchinya, localité située entre Goma et Kanyesheza, a indiqué jeudi matin avoir vu passer trois chars congolais et des auto-mitrailleuses se dirigeant vers la zone des tirs.

La région de Kanyesheza avait connu un brusque embrasement mercredi pour la première fois depuis plusieurs mois, provoquant la mort d'un soldat congolais.

Des affrontements entre les deux armées, d'abord à l'arme automatique, avaient éclaté à l'aube. Après une accalmie, ils s'étaient transformé dans l'après-midi en combats à l'arme lourde.

Le Rwanda était resté muet pendant sur ces incidents pendant la plus grande partie de la journée, tandis que le gouvernement congolais et plusieurs sources locales l'accusaient d'avoir déclenché à deux reprises les hostilités.

Dans la soirée, Kigali avait publié un communiqué accusant l'armée congolaise d'avoir franchi la frontière à deux reprises en ouvrant le feu.

AFP

Ses derniers articles: Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie  Présidentielle au Ghana: ce qu'il faut savoir  Ghana: briguer la présidence de l'Etat, même en fauteuil roulant 

frontière

AFP

Tunisie: découverte de caches d'armes

Tunisie: découverte de caches d'armes

AFP

Somalie  les shebab s'emparent d'une ville

Somalie les shebab s'emparent d'une ville

AFP

Frontière entre Rwanda et Burundi: les échanges au point mort

Frontière entre Rwanda et Burundi: les échanges au point mort

nouveau

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

AFP

Gabon: nouveau code pour que les journaux ne soient plus des outils "de combat politique"

Gabon: nouveau code pour que les journaux ne soient plus des outils "de combat politique"

tirs

AFP

RD Congo: gaz lacrymogènes et tirs de sommation contre une manifestation

RD Congo: gaz lacrymogènes et tirs de sommation contre une manifestation

AFP

Soudan du Sud: des tirs entendus dans la capitale Juba

Soudan du Sud: des tirs entendus dans la capitale Juba

AFP

Libye: tirs d'obus sur des manifestants, 5 morts et 11 blessés

Libye: tirs d'obus sur des manifestants, 5 morts et 11 blessés