mis à jour le

Mohamed Ben Jelloun, Genève / DR
Mohamed Ben Jelloun, Genève / DR

La Fondation Mohamed Benjelloun, la passion de la paix

Cette fondation suisse dirigée s’est donné pour cheval de bataille le retour de la paix en Libye.

C'est dans le sillage traumatique du 11 septembre 2001 qu'est née cette fondation suisse. Choqué par le détournement de l'islam à des fins terroristes, mais plus encore que son pays d'origine ait pu apparaître comme un repaire de fanatiques intolérants, au regard de la nationalité de certains des kamikazes des attentats de Madrid en 2004, Mohamed Benjelloun a décidé d'agir pour le rapprochement des peuples. Natif de Fès (donc "Fassi"), au Maroc, dans une famille de grande tradition, ce citoyen suisse et homme d'affaires prospère a d'abord trouvé dans le sport un véhicule approprié pour partager avec ses compatriotes les véritables valeurs de sa religion musulmane, l'humanisme et la solidarité.

«Comment prouver au monde qu'un étranger peut aussi être une valeur ajoutée pour le pays qui l'a adopté?», se demandait-il alors.

Avec le soutien du président de la FIFA, Sepp Blatter et de l'ancien président de la Confédération helvétique Adolf Ogi, il organise sa première action bénévole: un match amical entre le Racing Club de Genève et un club madrilène. L'opération est un immense succès. Son devoir de s'impliquer par amour pour son épouse, issue de la bonne bourgeoisie suisse, leurs trois fils, les paisibles citoyens musulmans mécompris et tous ses amis, le pousse à sortir de sa discrétion, une vertu cardinale lorsqu'on fait des affaires à un haut niveau. «Ce n'était pas du tout dans mon intérêt d'apparaître», reconnaît-il, «mais j'ai senti l'appel de la responsabilité pour les autres».

D'autres actions suivront, notamment sous l'égide des Nations unies et de la Ligue arabe, dans le cadre du Sport pour la Paix.

Avec son immatriculation effective au Lichtenstein en 2005, la Fondation Mohamed Benjelloun se tourne vers d'autres types d'intervention, en envoyant des médicaments et de la nourriture au Darfour.

Ses activités dans le négoce avec sa société Générale d'Orient SA offrent à M. Benjelloun un carnet d'adresses doré sur tranches dans l'ensemble du monde arabe. Mais c'est la Libye qui occupe désormais le plus clair de son temps. Son voyage à Tripoli et Misrata avec l'ancien ministre Gérard Longuet n'est pas passé inaperçu. Au chevet d'un pays où il compte de nombreux amis parmi les «révolutionnaires» tombeurs de Kadhafi, Mohamed Benjelloun estime devoir contribuer de toutes ses modestes forces au retour de la paix. S'il a choisi de ne pas directement associer les ministres et autres forces gouvernementales à la rencontre pour la paix qui s’est tenue début juin à Genève, c'est pour parier sur la durée et la stabilité, explique-t-il, notions parfaitement étrangères aux institutions actuelles.

MRB

Marie-Roger Biloa

Marie-Roger Biloa est une journaliste camerounaise. Directrice du mensuel Africa International, elle préside également le groupe de réflexion Club Millenium. Vous pouvez la suivre sur Twitter @mrbiloa.

Ses derniers articles: La Fondation Mohamed Benjelloun, la passion de la paix  La solution au chaos libyen, c'est la société civile  Les nouveaux réseaux de la France en Libye 

crise libyenne

Libye

Bani Walid à l’heure de la reconstruction

Bani Walid à l’heure de la reconstruction

Fondation Mohamed Ben Jelloun

Réconciliation

La solution au chaos libyen, c'est la société civile

La solution au chaos libyen, c'est la société civile

kadhafi

AFP

Libye: un groupe armé dit avoir relâché le fils de Kadhafi Seif al-Islam

Libye: un groupe armé dit avoir relâché le fils de Kadhafi Seif al-Islam

Libye

Cinq ans après, tuer Mouammar Kadhafi était une erreur

Cinq ans après, tuer Mouammar Kadhafi était une erreur

AFP

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes