mis à jour le

Ebola en Guinée: plus de 200 morts depuis le début de l'épidémie

L'épidémie de fièvre Ebola qui s'est déclarée en janvier en Guinée a fait 208 morts parmi 328 cas suspects, ce qui en fait l'une des épidémies les plus meurtrières, a indiqué mercredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Un précédent bilan de l'OMS faisait état d'un peu moins de 200 morts le 28 mai. Entre le 29 mai et le 1er juin, la Guinée a enregistré 21 nouveaux décès liés à l'épidémie, a précisé l'OMS dans son dernier bilan mercredi.

Fin avril, le président guinéen Alpha Condé avait indiqué à Genève que la situation était "bien maîtrisée". 

Mais alors que le nombre de malades semblait décliner, de nouveaux cas ont été signalés en Guinée et en Sierra Leone.

Au Sierra Leone, l'épidémie a tué 6 personnes parmi 79 cas suspects. Au Liberia, une dizaine de morts ont été enregistrés.

Le virus a déjà touché plus de 300 personnes en Afrique de l'Ouest, s'est inquiétée mercredi l'ONG Médecins Sans Frontières (MSF).

Dans les prochains jours, en collaboration avec le ministère de la Santé de Sierra Leone, MSF installera un centre de prise en charge pour soigner les personnes infectées à Koindu, épicentre de l'épidémie dans ce pays. Une équipe spécialisée rejoindra l'équipe d'évaluation de MSF déjà présente sur le terrain. Du matériel médical et logistique supplémentaire a également été envoyé. 

"L'Ebola est une maladie qui fait peur et qui est perçue comme mystérieuse. On peut cependant en guérir", a expliqué Marie-Christine Ferir, coordinatrice des programmes d'urgence de MSF.

Depuis le début de l'épidémie, près d'une trentaine de patients pris en charge par MSF ont ainsi été guéris en Guinée. "Gagner la confiance de la population reste essentielle pour combattre  de l'épidémie", a-t-elle relevé.

Malgré les efforts sur le terrain, le nombre de cas confirmés d'Ebola a augmenté au cours des dernières semaines.

Selon MSF, en Guinée, l'épidémie s'est étendue à Boffa, en Guinée maritime, et à Telimele, dans la région de Kindia. De nouveaux malades ont aussi été enregistrés à Conakry, Guéckédou et Macenta. 

Pour l'ONG, l'augmentation pourrait avoir été causée par une réticence des malades à aller à l'hôpital. 

La mobilité des personnes infectées et décédées est également problématique, car il est courant que les familles déplacent les morts pour organiser les funérailles dans un autre village. La multiplication des zones touchées rend donc difficile la prise en charge des patients et le contrôle de l'épidémie.

"La résistance de la communauté et le suivi transfrontalier des personnes ayant été en contact avec les malades sont les principaux défis que nous rencontrons sur le terrain", a affirmé Marie-Christine Ferir, de MSF.

Le virus Ebola, découvert en 1976 dans l'actuelle République démocratique du Congo (ex-Zaïre), peut être transmis à l'homme par des animaux sauvages, et d'homme à homme par des contacts directs.

La fièvre Ebola, souvent mortelle, se traduit par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées. Les chances de survie augmentent pour les malades s'ils sont hydratés.

L'OMS n'a pas édicté de restrictions de voyage vers la Guinée, le Sierra Leone et le Liberia.

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: un ancien Premier ministre lance son parti  100% Afrique: trois soirées de musiques urbaines  Côte d'Ivoire: ONG et victimes dénoncent l'acquittement de Mme Gbagbo 

Ebola

AFP

Un vaccin pour protéger chimpanzés et gorilles du virus Ebola

Un vaccin pour protéger chimpanzés et gorilles du virus Ebola

Santé

Les corps meurtris des survivants d'Ebola

Les corps meurtris des survivants d'Ebola

AFP

Un premier vaccin "jusqu'

Un premier vaccin "jusqu'

morts

AFP

Zimbabwe: 150 morts de paludisme après les inondations

Zimbabwe: 150 morts de paludisme après les inondations

AFP

Mali: au moins 3 morts dans deux attaques distinctes

Mali: au moins 3 morts dans deux attaques distinctes

AFP

Angola: 11 morts après des pluies torrentielles

Angola: 11 morts après des pluies torrentielles