mis à jour le

Nigeria: attaque de Boko Haram qui aurait fait des centaines de morts

Responsables locaux et habitants affirmaient jeudi que des centaines de personnes ont péri dans une attaque de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, la dernière d'une longue série ayant fait des milliers de morts depuis le début de l'année.

Des hommes très lourdement armés, portant des tenues militaires, ont entièrement détruit mardi soir les villages de Goshe, Attagara, Agapalwa et Aganjara, dans l'Etat de Borno (nord-est), à bord de véhicules tout-terrain, tuant de très nombreux civils qui tentaient de fuir.

Selon des chefs locaux, entre 400 et 500 personnes ont été tuées. Ce bilan n'a pu être vérifié de source indépendante, en raison des difficultés à joindre cette région reculée par téléphone et à s'y rendre par la route.

Si ce bilan se confirme, cette attaque est l'une des plus meurtrières menées par Boko Haram depuis le début de l'insurrection islamiste en 2009.

"Cette tuerie est énorme, mais personne ne peut donner de bilan parce que personne ne peut atteindre cet endroit où les insurgés se trouvent toujours. Ils ont pris le contrôle de toute cette zone", a déclaré Peter Biye, un député de la région.

"Des corps jonchent toute la zone et les gens ont fui", a-t-il ajouté.

Début mai, une attaque similaire avait fait plus de 300 morts à Gamboru Ngala, une ville de la région.

- 'Des centaines de cadavres' -

 

"Des centaines de cadavres gisent là (...) parce que personne ne peut aller les enterrer", a déclaré un chef local d'Attagara ayant requis l'anonymat.

Selon lui, les assaillants n'ont épargé que les femmes. De petits garçons ont été "arrachés du dos de leurs mères et tués", a-t-il dit.

Hommes, femmes et enfants ont tenté de prendre la fuite, mais les islamistes les ont poursuivis et leur ont tiré dessus, selon lui.

Le district de Gwoza, où se trouvent les quatre villages, longe la frontière camerounaise près de la forêt de Sambisa, où l'armée nigériane concentre ses recherches pour tenter de retrouver plus de 200 lycéennes enlevées le 14 avril par Boko Haram.

De nombreux habitants ont fui au Cameroun et des soldats ont été déployés pour combattre les islamistes, qui ont pris le contrôle d'au moins sept villages où flotte leur drapeau noir, avait déclaré M. Biye mercredi.

Le chef anonyme a évoqué une "crise humanitaire". Ce qu'a confirmé son homologue Zakari Habu: "Les femmes et les personnes âgées de notre village ont besin d'eau et de nourriture, les blessés ont besoin de médicaments et tous ont besoin d'un toit".

 

- Représailles -

 

Des avions militaires ont bombardé les positions de Boko Haram pour tenter de reprendre le contrôle de la région, selon M. Biye. On ignorait jeudi si l'armée avait réussi à reprendre le dessus.

Les quelque 300 habitations du village de Goshe, majoritairement musulman, et ses mosquées ont été rasées et "au moins 100 personnes ont été tuées", selon Abba Goni, un habitant.

A Attagara, majoritairement chrétien, maisons et églises ont également été brûlées et des dizaines de personnes tuées, selon Bulus Yashi, un autre témoin.

Une précédente attaque avait déjà eu lieu dimanche à Attagara, où des hommes à moto avaient tiré sur un temple protestant, tuant neuf fidèles. Les habitants avaient réussi à tuer quatre assaillants en représailles, selon M. Yashi.

Sept autres membres de Boko Haram avaient été tués à Attagara le 25 mai alors qu'il s'apprêtaient à mener une attaque, a-t-il ajouté, voyant dans les violences de mardi "une vengeance" des islamistes.

Les habitants disent avoir réclamé la protection de l'armée suite à l'attaque de dimanche, mais qu'aucun soldat n'a été déployé à Attagara.

Les responsables locaux de l'armée et de la police, ainsi que le gouvernorat de l'Etat de Borno, ont été sollicités par l'AFP sans succès.

Les attaques de Boko Haram ont augmenté ces dernières semaines, des villages entiers étant fréquemment détruits, notamment dans l'extrême Nord-Est, aux frontières du Cameroun, du Tchad et du Niger.

Des milices civiles d'auto-défense, composées de jeunes hommes, prêtent main forte à l'armée dans la lutte contre les islamistes, poussant ceux-ci à se retourner contre la population.

Les attaques des insurgés ont fait plus de 2.000 morts depuis le début de l'année.

AFP

Ses derniers articles: Somalie: 16 morts dans l'explosion d'un véhicule  Le Caire: 25 morts dans l'attentat  Nigeria: au moins 50 morts dans l'effondrement du toit d'une église 

attaque

AFP

Egypte: six morts dans une attaque contre la police au Caire

Egypte: six morts dans une attaque contre la police au Caire

AFP

Attaque d'une prison au Mali: 2 gardes blessés, des dizaines d'évasions

Attaque d'une prison au Mali: 2 gardes blessés, des dizaines d'évasions

AFP

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

haram

AFP

Nigeria: un attentat imputé

Nigeria: un attentat imputé

AFP

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

AFP

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

morts

AFP

Nigeria: au moins 50 morts dans l'effondrement du toit d'une église

Nigeria: au moins 50 morts dans l'effondrement du toit d'une église

AFP

Le Caire: 25 morts dans l'attentat

Le Caire: 25 morts dans l'attentat

AFP

Somalie: 16 morts dans l'explosion d'un véhicule

Somalie: 16 morts dans l'explosion d'un véhicule