mis à jour le

Manifestation d'opposants à Nouakchott, Mauritanie, juin 2012 / AFP
Manifestation d'opposants à Nouakchott, Mauritanie, juin 2012 / AFP

Il faut faire attention à la grogne qui monte en Mauritanie

Les manifestations d'opposants se multiplient à Nouakchott contre la «mascarade» électorale du 21 juin.

Des milliers de sympathisants du Forum national pour la démocratie et l'unité (FNDU, opposition radicale) ont manifesté mercredi soir à Nouakchott, en Mauritanie, contre l'organisation de la présidentielle du 21 juin qualifiée de «mascarade électorale»

«Non à la mascarade du 21 juin», «Non au processus unilatéral», «Non au pouvoir militaire», ont scandé les opposants qui ont marché sur plus de cinq 5 kilomètres, sans heurts avec les forces de l'ordre qui se sont tenues à l'écart de la foule.

Le président du FNDU, Cheikh Sid'Ahmed Ould Babamine, a salué l'affluence «grandiose» à la manifestation comme la preuve «du rejet par les Mauritaniens de la mascarade du 21 juin».

Il a promis la «résistance» et une «lutte sans merci» contre le «totalitarisme du régime» du président Mohamed Ould Abdel Aziz, un ancien général arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en août 2008 avant de se faire élire l'année suivante pour un premier mandat de cinq ans lors d'un scrutin qui avait déjà été contesté par l'opposition.

Le chef du FNDU a appelé les Mauritaniens à boycotter le scrutin pour «refuser de se laisser guider vers des lendemains dangereux à tous égards».

Cinq candidats, dont le président sortant, grand favori, se présentent à cette élection dont la campagne débute vendredi.

Les quatre autres candidats sont une femme, un militant anti-esclavagiste et deux chefs de partis politiques de l'opposition moderée.

L'élection est boycottée par le FNDU qui regroupe les 10 partis de la Coordination de l'opposition démocratique (COD), le parti islamiste Tewassoul (16 députés à l'assemblée nationale), des personnalités indépendantes, des syndicats et des organisations de la société civile.

L'Alliance populaire progressiste (APP) de l'ex-président de l'Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir, boycotte également le scrutin.

AFP

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Mauritanie

AFP

Sénat supprimé en Mauritanie

Sénat supprimé en Mauritanie

AFP

La Mauritanie rompt ses relations diplomatiques avec le Qatar

La Mauritanie rompt ses relations diplomatiques avec le Qatar

AFP

Des émissaires du Maroc reçus en Mauritanie

Des émissaires du Maroc reçus en Mauritanie

opposition

AFP

Togo: opposition et parti au pouvoir manifestent

Togo: opposition et parti au pouvoir manifestent

AFP

Togo: la Cédéao appelle pouvoir et opposition

Togo: la Cédéao appelle pouvoir et opposition

AFP

Rwanda: Frank Habineza, voix d'une opposition étroitement contrôlée

Rwanda: Frank Habineza, voix d'une opposition étroitement contrôlée

politique

AFP

Libye: les kadhafistes peuvent être inclus dans le processus politique

Libye: les kadhafistes peuvent être inclus dans le processus politique

AFP

Côte d'Ivoire: turbulence sécuritaire ou instabilité politique croissante

Côte d'Ivoire: turbulence sécuritaire ou instabilité politique croissante

AFP

Le Togo, une exception

Le Togo, une exception